TRANSPORTS AERIENS- AIR BURKINA : Désormais orpheline de son actionnaire majoritaire

Votre Publicité ici

TRANSPORTS AERIENS- AIR BURKINA : Désormais orpheline de son actionnaire majoritaire

En cédant ses 51% des parts à l’état burkinabè  au franc symbolique, le fond ismaélite  Aga Khan a décidé de se désengager du capital de la compagnie nationale  Air Burkina.

La cérémonie de signature du contrat de cession s’est déroulée le jeudi 11 mai 2017 au  ministère burkinabè des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité Routière.

C’est en effet par lettre datée du 13 juin 2016 que le Groupe Aga Khan pour Développement Economique (AKFED) avait  exprimé son souhait de se retirer de la gestion d’Air Burkina et céder ses parts à l’Etat à un (1) franc symbolique.

Aux dires de Mahmoud RAJAN, représentant d’AKFED, il s’agit d’un choix stratégique et  volontaire du groupe  qui veut  réorienter ses activités vers  d’autres secteurs. Il s’est plutôt félicité de la collaboration qui a prévalu entre l’Etat Burkinabè et le groupe.

Par le passé , le fond  AGA KHAN   s’était déjà retiré des compagnies Air Côte d’Ivoire,   Air Ouganda et Air Mali, deux dernières qui en proie à des tensions de trésorerie mirent finalement la clé sous le paillasson.

Pour le ministre des transports  SOULEYMANE SOULAMA, cette décision  loin de susciter des inquiétudes légitimes quant au risque de rupture d’exploitation, est une aubaine pour le gouvernement burkinabè  « à  insuffler à Air Burkina un dynamisme nouveau, source de progrès ».

 Avec une flotte composée de 2 Embraer E170 sous contrat de location, la compagnie AIR BURKINA  n’a jamais pu être assez compétitive et rentable  malgré les perfusions financières dont elle a bénéficié. Grande est la tâche qui attend la nouvelle équipe 100% burkinabé conduite par le nouveau Directeur Général BLAISE SANOU

A propos

Le Fonds Aga Khan pour le développement économique (Aga Khan Fund for Economic Development ou AKFED) est une agence de développement internationale qui s’attache à promouvoir l’initiative privée et à établir des entreprises économiquement viables dans le monde en développement. Le Fonds investit et gère des sociétés dans les pays en développement d’Afrique, d’Asie du Sud et d’Asie centrale depuis plus de 50 ans

Laissez un commentaire