Sénégal : Aéroport international Blaise Diagne fermé, les contrôleurs aériens mettent à exécution leur préavis de grève

Votre Publicité ici

Sénégal : Aéroport international Blaise Diagne fermé, les contrôleurs aériens mettent à exécution leur préavis de grève

Il y a quelques jours on célébrait avec faste et solennité l’inauguration du nouvel aéroport international Blaise Diagne de Diass. Ça c’était hier  ! Depuis ce vendredi 15 Décembre 2017, c’est un capharnaüm indescriptible à AIBD :  Des avions cloués au sol, des dizaines de vol annulés, des centaines de passagers confus et délaissés à eux-mêmes, des autorités qui se démêlent ci et là pour faire rétablir la sérénité.

C’est qu’en effet, le SACS, le syndicat des aiguilleurs du ciel du Sénégal a mis à exécution son préavis de grève de 24heures. Ils soulèvent plusieurs préoccupations fondées qui sont de nature à compromettre le bon fonctionnement du nouvel aéroport.

Durant les prochaines 24 heures, « il n’y aura pas de décollage, pas d’atterrissage et même pas le survol de l’espace aérien du Sénégal » , indique Paul François Gomis, secrétaire général du syndicat des aiguilleurs du ciel au Sénégal.

Cette grève de 24heures fait suite au préavis adressé au directeur de l’ASECNA, gestionnaire technique du nouvel aéroport de Blaise Diagne, le mercredi 22 novembre 2017 à l’issue de l’Assemblée générale extraordinaire du syndicat des aiguilleurs du ciel du Sénégal.

Parmi les griefs soulevés, le bureau du SACS insiste sur l’épineux problème de transport resté sans solution en dépit des « démarches entreprises auprès des autorités » depuis des mois.

En effet, Il n’existe pas de moyens de transport adéquat du personnel de l’ASECNA pour rejoindre l’aéroport Blaise Diagne. « S’il faut se déplacer en véhicule personnel, chaque agent devra débourser pas moins de 6500 FCFA de droit de péage chaque jour : c’est exorbitant et incongru !  Les bouchons constituent l’autre problème majeur alors que nous avons des contraintes de temps dans nos aéroports » explique un membre du bureau. 

Cette situation est d’ailleurs décriée par les passagers et les 29 compagnies aériennes qui desservent AIBD. Ils se plaignent des nombreux retards accusés du fait de l’éloignement de l’aéroport par rapport à la capitale. L’aéroport international Blaise Diagne se trouve en effet  à 47 km de Dakar. Il faut compter entre 10 mille et 16 mille francs Cfa pour se rendre ou quitter l’AIBD à bord d’un taxi. Et ça c’est le jour. La nuit, il faut débourser 18 mille FCFA pour rejoindre la capitale Dakar.

Le SACS exige également des meilleures conditions de travail et d’hébergement. Au vue du caractère sensible et extrêmement énergivore de leur travail, les contrôleurs aériens se trouvent actuellement dans un état de « fatigue généralisée » souligne le bureau du SACS . « C’est notre responsabilité juridique et pénale qui est engagée ! » renchérit-il.

Ouvert à toutes négociations, le SACS invite les autorités à une « revalorisation conséquente de la prime de contrôle payé par l’Etat sénégalais ».

Pour rappel, l’aéroport international Blaise Diagne de Dakar , le plus grand de la région Afrique de l’Ouest et centrale  a officiellement ouvert ses portes le 07 décembre 2017.

Laissez un commentaire