Libye : l’aéroport Mitiga de Tripoli rouvre ses portes

Votre Publicité ici

Libye : l’aéroport Mitiga de Tripoli rouvre ses portes

(Tripoli,11/09/2018,NewsAero)– Six jours après sa fermeture, l’aéroport international Mitiga de Tripoli, a rouvert ses portes jeudi dernier, le 6 septembre 2018. Cette énième réouverture, vient ainsi confirmer une annonce faite la veille par la Mission d’appui des nations unies en Libye (MANUL). Selon l’organisme international, cela résulte d’un cessez-le-feu signé vingt-quatre heures plus tôt, entre les différents groupes armés qui se sont affrontés pendant quelques jours aux abords de la plate-forme aéroportuaire. « Les vols vont reprendre progressivement », a précisé le ministre des Transports. « Le ministère de l’Intérieur nous a informés que la situation sécuritaire était stable autour de l’aéroport de Mitiga », a ajouté Milad Mâatoug. 

En rappel, l’ancien aéroport militaire avait été fermé le 31 août 2018, à la suite de combats violents entre différents groupes armées. Des combats qui ont fait une cinquantaine de morts, et plus de cent blessés. Pendant ces mêmes combats, trois roquettes avaient été tirées dans le voisinage dudit aéroport. Ce qui a contraint les autorités aéroportuaires à dérouter provisoirement tous les vols vers l’aéroport de Misrata, à 200 km à l’est de Tripoli. Depuis son entrée en service en 2014, seules les compagnies aériennes libyennes opèrent dans le pays. Elles assurent des vols intérieurs et des liaisons régulières avec quelques pays, dont la Tunisie et la Turquie.

C’est la énième fois que cet aéroport est fermé à titre provisoire, puis rouverte quelques jours plus tard. Ceci du fait d’affrontements spontanés entre groupes armés dans la capitale libyenne. En janvier dernier, les dégâts avaient été plus importants. En effet, cinq avions d’Afriqiyah avaient été partiellement détruits, et quelques appareils de Buraq Air, la première compagnie privée libyenne. Ces affrontements sporadiques règnent dans la capitale libyenne depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Laissez un commentaire