Sierra Leone, Guinée et Libéria : vers une augmentation des redevances de survol dans la FIR Robert

En janvier 1975, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone ont créé la région d'information de vol Roberts (FIR) pour la gestion de leur espace aérien commun. Conscients de la nécessité de maintenir un haut niveau de sécurité, les ministres en charge de l’aviation des 3 pays se sont récemment réunis à Freetown pour la revue de l’accord régissant le fonctionnement de cette FIR.

Le 1er avril dernier, les ministres des Transports de la Sierra Leone, la Guinée et du Libéria, ont signé, à Freetown en Sierra Leone, l'accord révisé organisant la Région d'information de vol de Roberts (FIR). 

Les termes du nouvel accord stipule entre autres une augmentation des redevances de survol dans la FIR, a fait savoir Kabineh Kallon, le ministre du Transport et de l’Aviation sierra léonais, cité par Global Times. En 2017, une hausse de redevances avait déjà été opérée. 

Les trois pays se sont par ailleurs engagés à consentir plus de moyens financiers pour la modernisation de leurs services et installations de fourniture des services aériens, lesquelles sont pour la plupart obsolètes.

La région d'information de vol Roberts (FIR) a été créée le 17 janvier 1975, entre la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Il s’agit d’une coopération aéronautique entre les trois pays, pour la fourniture des services de navigation aérienne pour les vols en route (au-dessus de 10000 pieds AGL) dans leur espace aérien commun (770 777 km2). Le centre de contrôle de cet espace est situé à Robertsfield, comté de Margibi, au Libéria. En revanche, les États membres gèrent individuellement leur espace aérien inferieur respectif pour les vols en-dessous de 10000 pieds. 


Maissa Fall

Autres articles

Back to top button