L’AFRAA réitère son appel pour un assouplissement des restrictions de voyage

En octobre 2021, les compagnies aériennes africaines avaient rouvert  plus de 80 % de leurs lignes internationales fermées en raison de la pandémie. Alors qu’on  entrevoyait  la lumière au bout du tunnel, l’apparition en novembre, du variant Omicron de la Covid-19, a entraîné le redéploiement des restrictions de voyage dans plusieurs pays. 

« Les États ne devraient pas imposer des certificats de vaccination Covid-19 comme condition obligatoire d'entrée et de sortie des pays jusqu'à ce qu'un accès satisfaisant aux vaccins soit assuré au niveau mondial, qu'une couverture vaccinale raisonnable soit atteinte et que des conseils suffisants sur l'utilisation du vaccin pour les voyages soient disponibles sur la base des recommandations de l'OMS (Organisation mondiale de la santé, ndlr). »

Voilà la première d’une série de quatre recommandations adressées par l'Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) aux Etats du continent ce jeudi 13 janvier 2022. Pour l’organisation qui regroupe 44 compagnies aériennes, les pays africains doivent se limiter à effectuer des tests pré-départ. Par ailleurs, ils doivent accepter les tests antigène rapides, au lieu d’exiger des tests PCR, car d’une fiabilité similaire, nettement moins chers, et faciles à réaliser (résultat disponible après 30 minutes).

Pour garantir la crédibilité des certificats de test/vaccination, l’AFRAA recommande également aux  gouvernements de continuer à adopter, dans la mesure du possible, les certificats de test/vaccination numériques. L’Association les implore en outre de mettre en œuvre un déploiement rapide des vaccins à travers le continent, pour faciliter le redémarrage des économies et du transport aérien. A ce jour, moins de 6% des Africains sont complètement vaccinés.

« Les restrictions au voyage et les interdictions générales constituent un risque énorme pour les gains réalisés dans le cadre du rétablissement de l'écosystème du voyage. De plus, la connectivité du transport aérien et la durabilité économique des opérations des compagnies aériennes seront négativement impactées», rappelle le Secrétaire général de l'AFRAA, M. Abdérahmane Berthé (photo). « L'AFRAA reconnaît qu'une approche basée sur le risque et la réouverture protégée des frontières est essentielle pour le redémarrage efficace du transport aérien et par conséquent, lance un appel aux gouvernements africains pour la suppression des restrictions au niveau des frontières et pour l’ouverture de leurs espaces en vue de la relance du secteur avec le support des normes et des documents d'orientation du plan de redémarrage du secteur ».

Le Prince Fogue

Autres articles

Back to top button