Au Cameroun, l’ASECNA et ses partenaires dont Thales Alenia mettent la technologie SBAS à l’épreuve

Prouver l’aptitude du SBAS (Satellite-Based Augmentation System) à améliorer la sécurité et l'efficacité des opérations des hélicoptères, en vue de la fourniture des premiers services opérationnels à partir de 2024 dans les 16 100 000 km² qui composent l’espace aérien de l’ASECNA. C’était l’objet du vol de démonstration, réalisé le 2 juin 2021 entre Douala et Kribi au Cameroun.

Deuxième test du type après ceux conduits à l'Aéroport international Gnassingbe Eyadéma de Lome (Togo) en janvier dernier, cette nouvelle étape vient à la suite de la diffusion du premier signal SBAS en Afrique et dans l’Océan Indien, initiée en septembre 2020 par l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) en collaboration avec l’opérateur Nigerian Communications Satellite Ltd. (NIGCOMSAT) et Thales Alenia Space.

Le vol, réalisé au moyen d'un hélicoptère AS65 de la société Heli Union, « consistait à démontrer, en configuration réelle, l'efficacité de cette technologie développée dans le cadre du programme « SBAS pour l'Afrique et l'océan Indien », qui vise à rendre de manière autonome des services SBAS sur tout le continent, afin d'augmenter les performances de positionnement fournies par les systèmes de navigation par satellite GPS et Galileo », explique un communiqué conjoint des trois parties.
 
Ce vol expérimental a été réalisé selon une route bidirectionnelle à basse altitude reliant deux approches Point in Space (PinS) vers l'aéroport de Douala et un point proche des plates-formes pétrolières situées sur la côte de Kribi L’appareil était équipé pour l’occasion d'un récepteur de test SBAS de la société Pildo Labs.

A la suite de cette étape, s’en est suivi, les 3 et 4 juin à Douala, un séminaire de sensibilisation sur le développement des services SBAS pour l'aviation en Afrique, organisé avec le bureau JPO EGNOS-Africa.

Pour rappel, le programme « SBAS pour l’Afrique et l’océan Indien » est reconnu par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) sous l’annexe 10 de la convention de Chicago, parmi les neuf SBAS en service ou en développement dans le monde. Le signal est visible en Afrique et sur l'Océan Indien, jusqu'à la côte ouest de l'Australie, ainsi qu'en Europe. Fondé sur le programme EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay System), son application pourra également être transposée dans d’autres secteurs d’activités économiques au-delà de l’aviation, comme au transport maritime, ferroviaire et terrestre et à des applications grand public, favorisant la sécurité des usagers, l'efficacité économique et le développement durable.

Oli Ulrich

Autres articles

Back to top button