Breaking News :

lundi 16 décembre 2019

Centrafrique : Un nouveau ministre en charge de l’aviation civile

Arnauld Djoubaye Abazene est le nouveau ministre centrafricain des Transports et de l’Aviation civile. Il a été nommé par décret présidentiel du 3 mars 2019, en remplacement de Théodore Jousso

Il fait partie du nouveau gouvernement d’union nationale de 36 ministres, dirigé par le premier ministre Firmin Ngrebada. Il connait bien la maison pour avoir été ministre des Transports en 2014.

Au titre des défis attendus dans le secteur des transports aériens, Arnauld Djoubaye Abazene  devra poursuivre le pilotage du  plan d’urgence pour la rénovation des infrastructures aéroportuaires dans le pays. En 2017, la Reublique de  Centrafrique avait obtenu un engagement de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) pour la mise à disposition d’une enveloppe exceptionnelle  de 15,47 milliards de  FCFA.

Les fonds alloués devraient être destinés  dans un premier temps à  l’aéroport international de Bangui avec  la construction d’une  nouvelle tour de contrôle,  une centrale  électrique, une caserne pour les pompiers d’aérodrome et une station météo. Et aussi l’achèvement des travaux du centre de contrôle en Route de Bangui. Les taux de réalisation demeurent très faibles pour l'instant.

Au titre des aéroports secondaires, le plan d’urgence prévoit par ailleurs la réhabilitation des logements d’astreinte à l’aéroport de Berberati dans le sud-ouest du pays ; ainsi que la mise à niveau des aides à la navigation  et des équipements  du service mobile aéronautique, la  réhabilitation des moyens de communication haute fréquence (HF)  et le remplacement  des aides de navigations en route à Bria et  à  Ndélé.

 

Pour  rappel, 12 aérodromes domestiques bénéficient déjà  d’un  plan similaire à une échelle inférieure. C’était  à la faveur du projet national  LONDO  (« debout » en Sango) lancé en 2015 et financé par la banque mondiale.  Ce projet consiste à l’aménagement et l’entretien des pistes d’atterrissage afin de faciliter le travail logistique des Nations-Unies et des nombreuses ONG locales et internationales qui interviennent dans l’arrière-pays.

Partager
Précédent

Aviation Africa : L’OACI prône une a

Suivant

Transports aériens: La Tunisie et l’

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.