IATA/Fonds bloqués : L’Angola s’engage à régulariser entièrement la situation courant juillet

Votre Publicité ici

IATA/Fonds bloqués : L’Angola s’engage à régulariser entièrement la situation courant juillet

(Luanda,05/07/2018,NewsAero)– L’Angola est tout temps indexé par l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) comme un mauvais élève en Afrique en ce qui concerne le rapatriement des recettes issues de la vente des billets et services connexes. C’est pour gommer ce cliché peu reluisant que l’Angola  a pris l’engagement de régulariser la situation dans sa totalité d’ici la fin du mois.

Le gouverneur de la Banque Nationale d’Angola, José de Lima Massano, l’a fait savoir le week-end dernier à Luanda alors qu’il participait à la séance de clôture du 8e forum sur les Banques organisé par le journal « Expansion ».

Au moins de Juin, l’IATA estimait à près de $386 millions de recettes bloquées en Angola. « En juillet, nous allons régulariser tous les montants réclamés par les compagnies aériennes, qui, sur les 460 millions d’euros identifiés plus tôt cette année, sont maintenant estimés à moins de 85 millions d’euros » , a déclaré le gouverneur de la BNA.

Frappé de plein fouet par la baisse drastique des revenues pétrolières en 2014, l’Angola, deuxième exportateur de pétrole en Afrique avait depuis lors imposer des restrictions sur les flux de capitaux. Pas moins de 04 compagnies aériennes africaines ont été affectées par les mesures restrictives du gouvernement de Luanda. Il s’agit d’Ethiopian Airlines, Kenya Airways, Royal Air Maroc et South African Airways qui continuent cependant de desservir le pays.

D’autres Etats africains à l’instar du Soudan ($170 millions) et Zimbabwe ($76 millions) sont également interpellés depuis des années par l’IATA.

A l’échelle mondiale, c’est le Venezuela qui constitue le casse-tête des compagnies aériennes avec près de 3.78 milliards de dollars de fonds bloqués. « Compte tenu de l’aggravation de la crise économique au Venezuela, une résolution semble peu probable à court terme » pense Alexandre de Juniac, Directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Laissez un commentaire