CE JOUR LA – Mardi 19 septembre 1989- Niger – Crash UTA – 170 morts

Votre Publicité ici

CE JOUR LA – Mardi 19 septembre 1989- Niger – Crash UTA – 170 morts

Le vol UT-772 effectuant le trajet Brazzaville (Congo) – Paris via Ndjamena au Tchad crashe au-dessus du désert du Ténéré au Niger tuant 170 passagers de 18 nationalités.

Voici les faits : 

A bord de l’avion DC 10  se trouvaient  170 personnes, de 18 nationalités différentes : 54 français, 48 ressortissants de Rép. du Congo, 25 tchadiens, 9 italiens, 8 nord-américains, 5 camerounais, 4 anglais, 3 ressortissants de Rép. Dém. du Congo, 3 canadiens, 2 centre-africains, 2 maliens, 2 suisses, 1 algérien, 1 belge, 1 grec, 1 marocain, 1 sénégalais.

 L’avion a décollé de son escale de Ndjamena à 12h13 min. Il  devait se signaler à la limite de l’espace (FIR) de Niamey – Niger à 13h40 min.

 « L’équipage  de DC 10 ne rappelant  pas à l’heure estimé  de passage FIR, les contrôleurs du CIV de Ndjamena et Niamey, lancent plusieurs  appel SELCAL sur la fréquence 8903 »  peut-on lire dans le rapport final de l’enquête du BEA en  date   du 17 décembre 1990.

 Un message de détresse  a alors  été émis  par le centre de coordination des opérations de sauvetage de Ndjamena. L’épave de l’avion sera  repéré le lendemain à 06h35min  par un Transal de l’armée française.

 Les conclusions de l’enquête  indiqueront que «  l’avion a été détruit par une explosion, 46 minutes après son départ de Ndjamena alors qu’il volait a une altitude de croisière au niveau 350…Cette destruction a été provoquée par une charge explosive placée dans le conteneur située  en place 13 droite, dans la soute avant».

 Suite à l’enquête  français juge Jean-Louis Bruguière, 06 hauts responsables des services secrets et de la diplomatie libyenne ont été condamnés par contumace à la prison à perpétuité par la Cour d’Assises spéciale de Paris, en 1999.

 Un mémorial a été construit dans le désert du Ténéré, par “Les Familles de l’Attentat du DC10 UTA” , association membre de l’association française des victimes du terrorisme, à l’endroit exact du crash, où il reste encore aujourd’hui des débris de l’avion. Il est constitué de la silhouette du DC-10 au sol et d’une aile avec les noms des victimes.

Laissez un commentaire