CE JOUR LA – COMORES – Mardi 30 Juin 2009 – Crash Airbus A310

Votre Publicité ici

CE JOUR LA – COMORES – Mardi 30 Juin 2009 – Crash Airbus A310

Le vol 626 de la  Yemenia  effectuant la ligne régulière entre l’aéroport international El Rahaba de Sanaa (Yémen) et l’aéroport international Prince Saïd Ibrahim de Moroni (Comores), s’abime dans l’océan indien, aux larges des Comores. Des 152 personnes à  bord, une seule miraculée  a pu être secourue.

Voici les faits

Le lundi 29 juin 2009, l’Airbus A310-324 immatriculé 7O-ADJ exploité par Yemenia décolle de  l’aérodrome de Sanaa à 18h56 min. Le vol régulier IY626 était assuré par le commandant  KHALED HAGEB (45ans),   le copilote ALI HUSSEIN ATEF  (50 ans) et neuf personnel navigants.

Après un peu plus de  03 heures de vol (22h25), l’équipage amorce sa descente  sur l’aéroport de Moroni. Les données météorologiques à ce moment affichaient  un vent de 30 Km/h  et une visibilité de 10 Km.

Au vue de la vitesse  et la direction du vent, l’avion  devait effectuer une manœuvre à vue imposée pour atterrir sur la piste 20.

A 22h 52 alors que l’avion se trouvait  « en longue finale »  de la piste 20,  le contrôleur de la tour informe  l’équipage des changements du vent   « Quant à la MTO, le vent avait des rafales allant jusqu’à 33KT et direction 200°. Donc piste 20 en SVC. J’ai transmis l’intégralité de la MTO à l’avion et corrigé instantanément le vent… » a-t-il déclaré aux enquêteurs.

A partir de 22 h 54 min le contrôleur appelle à plusieurs reprise l’équipage du vol IY626, sans réponse. A 22 h 54 min 55 s le contrôleur déclenche l’alerte.

L’AIRBUS A310 venait de crasher avec 152 personnes à bord. L’épave de l’avion sera retrouvée le lendemain aux environs de 11h  à environ 20 km au nord de l’aéroport, à un peu plus de 6 km de Mitsamiouli ( la côte Nord de la Grande Comores.)

Le déploiement des opérations de sauvetage (près de 1200 hommes)  permettra de retrouver une  jeune fille dans un état de fatigue,  agrippée sur un morceau d’avion. Elle sera identifiée plus tard comme Bahia Bakari (13 ans), de nationalité française. C’est la seule survivante du Crash.

Son témoignage

 

« Au fil de temps, j’ai remarqué que l’avion tremble fortement et je me sentais brulée. Par la suite, l’appareil est tombé dans l’eau et je ne sais pas comment je me trouvais là-dedans. Je n’avais pas eu le temps de prendre un gilet. Seulement, j’ai trouvé un morceau de l’avion pour flotter. J’occupais le siège 23C. Ma mère était au 22C. J’ai entendu des gens crier, mais je ne les ai pas vus car il faisait nuit. Je ne me rappelle pas le moment que l’avion a commencé à trembler ».

D’autres corps et parties de l’aéronef seront  retrouvés une semaine plus tard  en Tanzanie (ile de la Mafia- 530 km du lieu de l’accident.) ; à Bamburi ( Kenya) , situé à environ 900 kilomètres du lieu de l’accident et  à  Tanga ( kenya) , situé à environ 820 km du lieu de l’accident.

Dans le rapport final de l’enquête publié le 25 juin 2013, les enquêteurs concluront que  « L’accident est dû à des actions inadaptées de l’équipage sur les commandes de vol ayant amené l’avion dans une situation de décrochage qui n’a pas été récupérée. Ces actions ont été consécutives à une manœuvre à vue non stabilisée, au cours de laquelle de nombreuses et différentes alarmes relatives à la proximité du sol, à la configuration de l’avion et à l’approche du décrochage se sont déclenchées. »

C’est le quatrième crash mortel d’un avion sur l’Ile des Comores.

Laissez un commentaire