Sudan Airways signe un protocole d’accord avec EgyptAir pour soutenir son redressement

Créée il y a 75 ans, Sudan Airways est aujourd’hui l’ombre d’elle-même. Sa flotte active ne dispose plus que d’un seul appareil, la compagnie ayant subi les effets de l’embargo économique imposé au Soudan à partir de  1997.Depuis lors, le transporteur est incapable d'accéder aux aéronefs et aux pièces de rechange. En collaborant avec EgyptAir, Sudan Airways espère progressivement se redresser.

Sudan Airways va bénéficier de l’expertise d’EgyptAir, la deuxième compagnie d’Afrique.  Les deux transporteurs ont finalisé un protocole d’accord ( MoU)  en vue d’une collaboration plus étroite.  

Les documents y afférents ont été signés, le 15 avril au Caire,   par Amr Abu Al-Enein, président d'EgyptAir Holding , et  Yasser Timo, directeur général de Sudan Airways, en présence du ministre égyptien de l'aviation civile Muhammad Manar et de l'ambassadeur adjoint du Soudan en Égypte, le ministre plénipotentiaire Khaled Ibrahim Al-Sheikh. Cette nouvelle dynamique rentre dans le cadre du réchauffement des liens diplomatiques entre ces deux Etats voisins qui font actuellement front commun contre l’Ethiopie avec son projet du grand barrage de la Renaissance. 

La portée du protocole d'accord comprend entre autres le renforcement des capacités du personnel, la formation des pilotes, la planification du réseau et l’assistance technique dans la maintenance de la flotte de Sudan Airways. En plus, la partie égyptienne fournira des services consultatifs dans les domaines de la qualité et les accréditations techniques.


Il faut dire que Sudan Airways a subi l’usure du temps depuis sa création en 1946. La compagnie n’exploite plus qu’un seul avion, un Airbus A320 A320-200 (ST-MKW) de 14 ans qui relie Khartoum à Port-Soudan sur le plan domestique ainsi que Juba au Soudan du Sud, et Le Caire en Egypte. Le reste de sa flotte (un A320-200, un A300-600, un Boeing 737-300 et deux Fokker F50), vieille de 25 ans, reste cloué au sol, faute de maintenance. L’an dernier, le gouvernement soudanais a initié des négociations avec Airbus et Boeing en vue de redynamiser la flotte de sa compagnie nationale.

Hakim Saidi

Autres articles

Back to top button