L’espace aérien éthiopien reste « très sûr » et « hautement sécurisé »

(Addis Abeba, 04/09/2018,NewsAero)- C’est en tout cas ce qu’a déclaré Ethiopian Airlines, dans un communiqué rendu public ce lundi 3 septembre 2018.« L’espace aérien éthiopien reste très sûr et hautement sécurisé, même avec la grève illégale des contrôleurs de l’aviation civile éthiopienne. » C’est en substance ce qu’on peut retenir du communiqué rendu public par Ethiopian Airlines, ce lundi 3 septembre 2018. « Ethiopian Airlines travaille en étroite coordination avec l’autorité éthiopienne de l’aviation civile, des contrôleurs aériens volontaires, et des instructeurs qu’elle a fait venir d’autres pays africains frères. Elle soutient avec succès l’autorité éthiopienne de l’aviation civile, afin de permettre à cette dernière de gérer efficacement et en toute sécurité l’espace aérien éthiopien, conformément aux normes internationales », a indiqué la compagnie aérienne.

La compagnie nationale éthiopienne justifie ses déclarations par les derniers résultats réalisés par l’aviation civile éthiopienne. D’après un récent rapport de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’institution a obtenu l’année dernière, la moyenne de 69,53% en matière de sécurité du transport aérien. Avec un tel résultat, la sécurité aérienne éthiopienne a connu une amélioration de près de 5% rapport à la dernière évaluation menée en 2013, et de 9% par rapport la moyenne mondiale. Des chiffres qui justifieraient sans doute la prise de position d’Ethiopian Airlines, dans un conflit qui ne la concerne pas personnellement.

En effet, depuis le 21 août 2018, les contrôleurs aériens de l’Ethiopie ont entamé une grève, pour réclamer des revalorisations salariales, et de meilleurs conditions de travail. Une grève qui a bien-sûr des impacts négatifs sur le trafic notamment des perturbations des horaires de vol. La semaine dernière, le Kenya à la limite de l’espace aérien avec l’Ethiopie un rapprochement dangereux entre les vols ETH858 (B737) d’Ethiopian Airlines et NOS252 (B763) de Moonflower qui a découlé sur un avis de résolution TCAS. Un incident résultant d’une défaillance de   coordination avec contrôleurs aériens éthiopiens. Un exemple qui vient remettre plus ou moins en doute les déclarations d’Ethiopian Airlines.


Autres articles

Back to top button