L’Angola rouvre son ciel au Portugal, au Brésil et à l'Afrique du Sud

Le 16 janvier dernier, l’Angola suspendait ses liaisons aériennes avec le Portugal, le Brésil et l'Afrique du Sud, en riposte aux nouveaux variants de la Covid-19.Deux mois plus tard, le gouvernement lève la restriction  permettant ainsi à TAAG Angola Airlines de reconquérir ses principaux marchés. 

Depuis ce jeudi 11 mars, les vols commerciaux réguliers sont de nouveaux autorisés au départ de l’Angola, et à destination du Portugal, du Brésil et de l'Afrique du Sud. C’est ce qu’a annoncé ce même jour, lors d'une conférence de presse, le ministre d'État et chef de cabinet du Président de la République d'Angola. Selon Adão de Almeida, la levée de la suspension des liaisons aériennes avec ces trois pays vise à permettre le retour des personnes bloquées dans les trois Etats.  

De son côté, le ministre des Transports a déclaré que les compagnies aériennes ne sont pour le moment autorisées qu’à effectuer 1 vol hebdomadaire vers ces différents pays. Ricardo de Abreu a néanmoins laissé entendre que la situation pourrait évoluer en fonction des besoins. La fermeture du ciel angolais au Portugal, au Brésil et à l'Afrique du Sud, en vigueur depuis le 16 janvier, visait à empêcher l’entrée en Angola des nouvelles souches de Covid-19 (variants brésilien, sud-africain et anglais). 

Pendant ces deux derniers mois, l’Angola n’était donc plus directement relié qu’à Sao Tomé-et-Principe, l’Ethiopie, la Namibie, le Mozambique, la France, l’Allemagne, le Qatar et les Emirats Arabes Unis.

Un ouf de soulagement pour TAAG Angola Airlines 

Avec la levée de la mesure, TAAG Angola Airlines devrait densifier ses vols vers Lisbonne où elle déploie actuellement sa flotte 777. Sur ce couloir, elle est en rude compétition avec TAP Air Portugal qui affecte un Airbus A330-900.

Son retour à São Paulo est également attendu. Le 25 septembre 2020, elle avait reprise ses vols entre la capitale angolaise et la ville brésilienne, avant de suspendre de nouveau en janvier dernier. 

L’Afrique du Sud constitue aussi l’un des principaux marchés du transporteur. Avant la crise, TAAG Angolais proposait des routes directes vers Johannesburg et Cape Town. Elle est régulièrement en concurrence sur ce corridor avec CemAir. 

En retournant sur ces trois marchés, on s’attend donc à une amélioration progressive des résultats de la compagnie – elle qui transportait en moyenne 1,5 million de passagers par an, avant la crise. Du fait de la suspension de ses vols internationaux pendant 6 mois l’an dernier, le transporteur a enregistré une perte en revenus de près de 270 millions de dollars, indiquait récemment le directeur général Rui Carreira.

Autres articles

Back to top button