La dette totale de la défunte Air Namibia évaluée à 235 millions USD

Après plusieurs années dans la rouge, Air Namibia a été mise en liquidation en début d'année, face à l’incapacité de l’Etat à la recapitaliser pour la énième fois. Désormais, il est question d’évaluer les actifs et les passifs de la défunte compagnie nationale namibienne, pour la dissoudre définitivement. 

3,5 milliards de dollars namibiens ($235 millions) : c’est la valeur totale du passif d'Air Namibia. Selon The Namibian, c’est ce qui ressort d’un rapport daté du 4 août dernier, signé de David Bruni et Ian McLaren, les liquidateurs du défunt transporteur public namibien. 

De manière détaillée, N$2,3 milliards sont dus à des anciens partenaires commerciaux, N$693 millions représentent des frais d’impôts impayés, N$408,7 millions des crédits bancaires non-remboursés, et N$105,51 millions des indemnités de départ non-versées à ses anciens employés.  Parallèlement, les actifs de la  défunte compagnie se chiffrent   à N$1,1 milliard  (73,7 millions de dollars).

A titre de rappel, la Haute cour de Windhoek a prononcé la liquidation provisoire d’Air Namibia le 26 février dernier. Cela faisait suite à une demande formulée par la Namibia Airports Company (NAC) trois jours plus tôt. Le gestionnaire public des aéroports namibiens lui réclamait une dette de N$708 millions ($47,5 millions). Cette somme est relative aux services rendus pavillon national dans divers aéroports du pays, de fin octobre 2014 à fin février 2021. A en croire la NAC, Air Namibia a avoué son incapacité à régler cette ardoise.

Toute chose qui ne surprenait pas, sachant que l’Etat namibien avait déjà opté pour sa liquidation le 10 février. « Les coûts économiques nets des opérations d’Air Namibia dépassent de loin ses gains nets », justifiait le ministre des Finances. Ipumbu Shiimi affirmait que le gouvernement a dépensé environ N$8,4 milliards ($564,1 millions) au cours des 10 dernières années pour relancer la structure, mais en vain. Le 29 janvier, le membre du gouvernement déclarait par ailleurs que les difficultés économiques de l’Etat, résultant de la pandémie de la Covid-19, remettait en cause sa capacité à recapitaliser Air Namibia.

Autres articles

Back to top button