Kenya Airways sollicite l'Etat pour la prise en charge d'une dette de 250 millions USD

A cause de la Covid-19, Kenya Airways (KQ) n’exploite actuellement que 55% de ses capacités, comparativement à ses performances d’avant Covid-19. Le transporteur parapublic kenyan (détenue 50,1% par l’Etat) espère atteindre 65% dès 2022. Mais entre-temps, la baisse de ses activités a aggravé ses difficultés financières, entraînant la clôture d’une huitième année consécutive dans le rouge. 


Des discussions sont en cours entre Kenya Airways et le Trésor national (équivalent du ministère des Finances), pour l’épuration par ce dernier, d’une dette de $250 millions contractées par la compagnie parapublique kenyane auprès des loueurs d’avions et des fournisseurs de services techniques. C’est ce qu’a confié le président-directeur général de KQ, Allan Kilavuka, dans une interview accordée à Bloomberg jeudi 11 novembre 2021. 

Selon le manager, le payement de ce passif lui permettrait de mettre en œuvre le plan de restructuration que l’entreprise élabore actuellement avec l’aide du cabinet britannique Steer Group. « Kenya Airways a mis au point des stratégies à court, moyen et long terme, pour atteindre deux principaux objectifs. Le premier est de survivre au marché déprimé actuel, et le second est de mettre en œuvre des stratégies qui rendront l'entreprise plus durable à long terme », expliquait le PDG le 8 juin dernier, au micro de Business Daily. 

Si les discussions aboutissent, ce serait la énième fois que l’Etat règle des dettes de Kenya Airways. Pas plus tard qu’en février 2021, celui-ci a octroyé $91,4 millions d’aide à Kenya Airways. A date, monsieur Kilavuka estime à $750 millions la somme déjà débloquée par le Trésor national pour effacer des ardoises de KQ. Ceci dans l’optique d’atténuer ses difficultés financières dues à la pandémie de coronavirus.Dans ce même cadre, « The pride of Africa » a déjà obtenu plusieurs moratoires sur les remboursements de ses crédits.

Cette dernière a enregistré une perte nette de 11,49 milliards de shillings entre janvier et juin 2021. C’est une amélioration de 19,8% par rapport aux 14,33 milliards de shillings perdus au cours de la période similaire l’année dernière. Sa perte cumulée au fil des années  atteint désormais  plus de 127 milliards de shillings. 

Hakim Saidi

Autres articles

Back to top button