Guinée Airlines : l’Etat débloque 5 millions USD pour le lancement de sa compagnie nationale

Alors qu’on attend toujours le décollage de « Guinea Airlines », presque quatre ans après son lancement officiel, l’Etat guinéen, actionnaire de cette compagnie, est déjà tourné vers la création d’un nouveau transporteur national. Il a débloqué sa quote-part pour la création de « Guinée Airlines ».

« Les conditions nécessaires au lancement de la compagnie Guinée Airlines sont progressivement réunies. La part de la Guinée est disponible, c’est logé dans un compte bloqué, c’est environ 50 milliards de francs guinéens, soit 5 millions de dollars ».Voilà ce qu’a révélé l’ancien ministre guinéen des Transports, Aboubacar Sylla (photo), mercredi 3 février, lors de la cérémonie de passation de service entre lui et son remplaçant Mohamed Keïta. Il n’a par contre donné aucune précision sur l’évolution du projet.

En août 2020, des investisseurs arabes avaient manifesté leur intérêt pour la création de la nouvelle compagnie nationale guinéenne. Ils promettaient de mettre sur pied un transporteur qui assurera le maillage du réseau national. Celui-ci devrait desservir les grandes villes de la Guinée, notamment N'Zérékoré, Mamou, Kankan, Labé et Faranah. Hors du pays, il devrait se déployer sur les principales routes d'Afrique de l'Ouest. La rénovation de certaines de plateformes sont en cours. « Les acomptes sont payés », assure Aboubacar Sylla, désormais ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

En attendant la naissance de Guinée Airlines, il faut rappeler que Guinea Airlines, dont l'Etat est actionnaire à 20%, n’a jamais décollé, presque quatre ans après sa création. Née du partenariat entre le groupe local Business Marketing (GBM), détenu par l'homme d'affaires Antonio Souaré, et Regourd Aviation, la jeune compagnie a été officiellement lancée le 25 février 2017dans un grand tapage médiatique.

Plus de quatre ans après, aucun avion n’est visible dans le ciel. Si la vétusté des aérodromes domestiques est citée comme l’une des causes du retard dans l’effectivité des opérations, on évoque surtout des contentieux entre les principaux actionnaires. 

Romuald Ngueyap

Autres articles

Back to top button