Entebbe fait arrêter Cornwell Muleya l’ancien PDG d’Uganda Airlines

Uganda Airlines a démarré ses opérations commerciales en aout 2019. Après moins de deux années d’exploitation, marquées par l’ouverture de plusieurs routes régionales et internationales, malgré la pandémie de la Covid-19, le pavillon national ougandais est englué dans plusieurs scandales de corruption et de mauvaises gestions qui freinent sa croissance.  


Cornwell Muleya est privé de liberté depuis ce mardi 21 juin 2022. Images à l’appui, la presse locale renseigne que l’ancien président-directeur général par intérim d’Uganda Airlines a été interpelé à Kampala (Ouganda) par la police, à la demande de l’Inspection générale du gouvernement (IGG), après ses multiples refus de comparaitre devant cette dernière.

« Entre mai et juin 2022, M. Muleya a délibérément, et sans justification ni excuse raisonnable, refusé de se conformer à une ordonnance de l’Inspection du gouvernement, datée du 23 mai 2022, exigeant sa comparution pour témoigner et produire des documents à l’Inspection du gouvernement, concernant la mauvaise gestion des fonds publics, des marchés publics et du recrutement du personnel à Uganda Airlines », stipule l’acte d’accusation signé par l’inspectrice générale adjointe de l’IGG, Patricia Achan Okiria, et cité par Monitor

Monsieur Muleya et d’autres cadres de l’entreprise ont été limogés le 18 février dernier, après avoir préalablement été suspendus le 21 avril 2021, pour des accusations de corruption et de mauvaise gestion. « Le conseil d’administration intérimaire a décidé de résilier son contrat, car les allégations portées contre lui étaient substantielles, et il a été reconnu coupable », avait confié Waiswa Bageya, le secrétaire permanent du ministère ougandais des Travaux publics et des Transports.

Depuis 1er avril dernier, le transporteur public est dirigé par un nouveau conseil d’administration constitué de sept membres, et chapeauté par Priscilla Mirembe Seruka. La direction générale a été confiée toujours à titre intérimaire à Jennifer Bamuturaki.

Le Prince Fogue

Autres articles

Back to top button