Covid-19 : L’Algérie rouvrira partiellement ses frontières le 1er juin après plus d’un an de fermeture

L’Algérie a été l’un des premiers pays africains à fermer complètement ses frontières dès les premiers signes de la pandémie. La mesure, davantage justifiée par sa proximité géographique avec l’Europe, est restée en vigueur depuis lors. Plus d’un an après, le pays lâche enfin du lest. 

Les frontières aériennes et terrestres algériennes seront partiellement rouvertes à partir du 1er juin prochain. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres ce dimanche 16 mai. Dans un premier temps, il est autorisé 5 vols quotidiens vers et depuis les aéroports d'Alger, Constantine et Oran. Sans surprise, ceux-ci seront soumis au strict respect des mesures anti-Covid-19. « Un programme organisationnel sera communiqué à ce sujet dans une semaine », informe le gouvernement. 

Toujours est-il que « les personnes entrant en Algérie, ressortissants ou étrangers, devront présenter, à leur arrivée, un test PCR de moins de 36 heures, et se soumettre à des tests que nous estimons fiables », a expliqué le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. « Les sujets (testés) négatifs seront autorisés à entrer et seront informés des recommandations et consignes à suivre. Les sujets positifs seront, quant à eux, soumis à un confinement de 10 jours », selon le ministre.

Les frontières algériennes sont fermées depuis le 17 mars 2020, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Depuis lors, le pays est l’un des rares au monde à rester fermé .  A ce jour, la nation nord-africaine a enregistré plus de 125 000 cas de contaminations dont environ 3370 décès, selon les sources officielles.

Depuis plus d’un an, seuls les vols cargos et de rapatriement y sont autorisés (les voyages domestiques depuis le 6 décembre). Le 1er mars 2021, certains vols de rapatriement ont eux aussi été suspendus, dans l’optique d’éviter l’importation de nouvelles variantes de Covid-19 sur le territoire algérien. 

Il est donc clair que cette réouverture du ciel le mois prochain est un ouf de soulagement pour Air Algérie, la compagnie nationale prête à « une reprise progressive » de ses vols internationaux.  En effet, le pavillon algérien a cumulé une perte de plus de 40 milliards de dinars (252 millions EUR) en 2020 en raison de la crise sanitaire. Des discussions sont actuellement en cours avec le gouvernement en vue d’une renflouement financier, indispensable pour sa survie.


Autres articles

Back to top button