ANGOLA - impossibilité de rapatriement des dévises : l’Association africaine des transporteurs aériens se plaint auprès de l’Union africaine

L’association africaine des transporteurs aériens, AFRAA, sollicite  l’intervention urgente  de l’union africaine pour faire rapatrier les recettes  des ventes de billets  de plusieurs compagnies.

AFRAA voudrait attirer votre attention sur la situation critique en Angola à laquelle font  face les compagnies aériennes en ce qui concerne les retards persistants et la difficulté de rapatriement du pays de leurs revenus issus des  ventes a déclaré l'association dans une lettre adressée  à Amani Abu –Zeid , Commissaire à l'infrastructure et à l'énergie de l'Union africaine.

Toutes les  démarches entreprises par l’AFRAA auprès des autorités angolaises se sont avérées peu fructueuses jusqu’ici. Le non-versement de ces fonds a un impact négatif sur les opérations des transporteurs concernés, car les fonds bloqués constituent des coûts d’exploitation. Compte tenu des problèmes actuels de viabilité critique de la  plupart des compagnies aériennes africaines, votre intervention urgente en la matière sera très appréciée a insisté l’AFRAA.

Selon , l'IATA,  l’association internationale des transporteurs aériens, au moins de Juin,  le cumul des  fonds bloqués en Angola s’élèvait à $477 millions. Pas moins de 06 compagnies aériennes africaines sont affectées par les mesures restrictives du gouvernement Angola. Il s’agit d’EgyptAir, Ethiopian Airlines, Kenya Airways, Royal Air Maroc, RwandAir et South African Airways qui continuent cependant de desservir le pays.

Frappé de plein fouet par la baisse drastique des revenues pétrolières depuis 2014, l’Angola,  deuxième exportateur de pétrole en Afrique, a depuis lors imposer des restrictions sur les flux de capitaux. Ce qui  limite les fonds  pouvant sortie du pays. Cette mesure touche aussi bien les voyageurs que les entreprises.

[mailerlite_form form_id=1]

Autres articles

Back to top button