Air Tanzania a enregistré une perte de 26 millions de dollars en 2020

Air Tanzania demeure déficitaire depuis 5 ans malgré les investissements colossaux réalisés par l’Etat- actionnaire unique. Sa situation financière s’est détériorée l’an dernier au pic de la crise sanitaire et sa gestion a été épinglée sur plusieurs points par le récent audit financier des compagnies étatiques. 

2020 a été une année singulièrement difficile pour Air Tanzania (ATCL). La compagnie publique tanzanienne, a enregistré une perte de 60 milliards shillings ($25,8 millions) l’an dernier.C’est ce qui ressort du rapport 2019/2020 du contrôleur et auditeur général Charles Kichere, présenté à Dodoma jeudi 8 avril. 

Ce déficit s’explique en grande partie par la suspension des vols internationaux entre mars et octobre 2020, soit près de 7 mois, en raison des restrictions de voyage liées à la pandémie de la Covid-19. 

Mais bien avant la crise sanitaire, la trésorerie d’Air Tanzania n’était pas au beau fixe.« Nous avons découvert qu'ATCL avait subi des pertes allant jusqu'à 150 milliards de shillings ($64,6 millions)  au cours des cinq dernières années», a déclaré Charles Kichere. Sur la même période (5 ans), la compagnie a vu sa dette s’alourdir atteignant désormais 45 milliards de shillings ($19,4 millions). «Les avions d’Air Tanzania volant vers l'étranger peuvent être saisis, c'est un fait», prévient Charles Kichere indiquant « qu’il  y a plusieurs défis que le gouvernement devrait relever immédiatement ». 

Son rapport a par ailleurs révélé quelques irrégularités dans l’allocation des primes de congés, la budgétisation des dépenses,  les contrats de location des avions et la procédure de passation des marchés. « En l’absence des mesures de réduction des coûts et du renforcement du contrôle des dépenses engagées, ATCL continuera à enregistrer des pertes», avertit-il.
 Il s’est en outre s’offusqué du fait que les membres du conseil d’administration de l’entreprise publique sont tous étranger à l’activité du  transport aérien. « J'ai remarqué que le conseil d'administration ne compte pas un seul membre ayant une expérience en matière d'aviation. ».

Un état des lieux qui contraste pourtant avec les énormes investissements consentis par le gouvernement pour renforcer la compétitivité du transporteur. En 5 ans, Air Tanzania a vu sa flotte plus que doubler atteignant désormais 12 appareils – Deux Dreamliner 787-8, deux Airbus A220-300, cinq Dash 8-400, un Dash 8-300 , un Fokker 50 et un Fokker 28.

Pour rappel,  plusieurs entreprises publiques, pour la plupart déficitaires, ont été épinglées dans le rapport de l’auditeur général Charles Kichere. La nouvelle présidente de la République, Samia Suluhu Hassan a déclaré qu'elle y portera « un regard critique ». Déjà le  mois dernier, elle a suspendu le directeur général de la Tanzania Ports Authority (TPA), Deusdedit Kakoko, pour détournement de fonds présumé.

Romuald Ngueyap

Autres articles

Back to top button