Air Seychelles met en vente trois Twin Otters en cession-bail afin de lever des capitaux

Air Seychelles a été officiellement renationalisée en avril dernier après un mariage tumultueux de 9 ans avec Etihad Airways. Asphyxiée par le poids de la dette, la  compagnie a été mise sous administration provisoire début octobre. L’Etat, qui est dans le viseur du FMI, cherche désormais les voies et moyens pour recapitaliser le pavillon national. 

Air Seychelles va vendre et louer de nouveau trois de ses cinq DHC-6-400 dans le cadre d’une opération de « sale and lease-back ». Le transporteur national seychellois a confié l’exécution de la  transaction à BAC Leasing, un gestionnaire anglais d’actifs aéronautiques. 

Les trois appareils ( MSN 900, 927, 945) respectivement fabriqués en 2014, 2015 et 2016 continueront de faire partie de la flotte d'Air Seychelles quand bien même ils auront change de propriétaire. Ils étaient déployés jusqu’ici sur la seule route domestique du transporteur entre Mahé et l’île de Praslin.

L’objectif de la compagnie est de lever des capitaux supplémentaires alors qu’elle se bat pour sa restructuration. Une étape durant laquelle Air Seychelles ne peut malheureusement prétendre à aucune autre subvention gouvernementale compte tenu des accords de plafonnement récemment conclus entre l’Etat Seychellois et le Fonds monétaire international (FMI).

La flotte d'Air Seychelles comprend en outre deux A320neo qui, contrairement aux Twin Otter possédés, sont loués à Air Lease Corporation et CDB Aviation , renseigne  le module de propriété des flottes de ch-aviation.

Le poids de la dette 

En se mettant sous administration provisoire, Air Seychelles se protège ainsi contre ses créanciers pendant sa restructuration en cours. Pour l’Etat seychellois, les difficultés financières d'Air Seychelles sont principalement dues à une dette importante contractée pendant la gestion de la compagnie aérienne par Etihad. Airways (2012-2021) qui était auparavant actionnaire à 40 % de la société.

 La compagnie cumule une dette de plus de 153 millions de dollars dont des montants qui étaient dus directement à Etihad ainsi que des prêts d’environ 72 millions de dollars qui ont été financés par les marchés des capitaux et désormais contrôlés par les obligataires d'EA Partners.

En mai dernier, l'Etat seychellois a laissé entendre qu'il n'est prêt à payer que 20 millions de dollars, le remboursement devant commencer à partir de 2022. Une proposition rejetée par les créanciers. En tant que tel, l'État a averti les créanciers que la liquidation souhaitée de la compagnie aérienne ne rapporterait que peu ou pas de retour sur leurs investissements initiaux, « par conséquent, la seule voie d'action est d'engager une réorganisation de l'entreprise [...] afin de fournir une solution à long terme aux difficultés financières de l'entreprise ».

Pour conduire le redressement, Bernard Pool et Suketu Patel ont été nommés administrateurs d'Air Seychelles en octobre dernier. Depuis lors, le transporteur continue à opérer normalement avec la même direction ( Sandy Benoiton a été nommé directeur général en remplacement de néerlandais Remco Althuis) et le même conseil d'administration sous la supervision des deux administrateurs. Un plan de sauvetage est attendu sur la table des créanciers au plus tard d’ici mars 2022. 

Autres articles

Back to top button