Air Namibia échappe de justesse à la mise en liquidation

A ce jour, Air Namibia n’a toujours pas rembourser la totalité de dette due à Challengair, et relative à la location en 1998, d'un Boeing 767-300. Menacée de liquidation par le liquidateur du défunt transporteur belge, la compagnie nationale namibienne a obtenu un échéancier de payement. 

 
Prévu ce vendredi 29 janvier, devant la Haute cour de Windhoek, après deux reports, le procès sur la mise en liquidation d’Air Namibia n’a finalement pas eu lieu. Contacté par ch-aviation, le porte-parole de la compagnie nationale namibienne, Twaku Kayofa, justifie l’annulation de cette audience par l’entente trouvée avec Anicet Baum, le liquidateur du défunt transporteur belge, Challengair, quelques minutes plus tôt. Il est réclamé une somme de 24,2 millions USD au transporteur namibien, représentant les frais non payés (intérêts compris) de location et maintenance d’un Boeing 767-300ER acquis en 1998.

Selon les termes de l’accord, Air Namibia s’est engagé à payer par tranches en s’acquittant de la dette propre de Challengair soit 11,9 millions USD ; en effectuant un versement de 6 millions USD avant le 19 février 2021 ; puis en procédant par un payement mensuel de 820 000 USD jusqu'en janvier 2022. Il faut rappeler que l’entreprise avait déjà remboursé environ 1,5 million USD.

Pour rappel des faits,  Air Namibia avait été condamné par les tribunaux de Paris (en 2011) et de Munich (en 2015), à verser 25 millions d'euros (29,4 millions USD) au titre d’indemnisation des dettes non acquittées.En réclamation de ce dû, les représentants de la défunte entreprise avaient commencé en janvier 2019, à saisir des fonds appartenant à Air Namibia, gelant une partie de ses comptes en Europe.  Dans un communiqué publié le 18 décembre de la même année, Air Namibia affirmait avoir trouvé un arrangement « à l’amiable » avec ses créanciers. Mais n’ayant pas honoré ces engagements depuis lors, le liquidateur de Challengair a introduit, l’an dernier, une demande auprès d’un tribunal namibien pour constater le défaut de paiement de l’entreprise et pas conséquent la mise en liquidation du transporteur.

Ce vieux de dossier de 23 ans, que traine Air Namibia refait surface au moment où l’entreprise, qui opère une flotte de 10 avions et emploie près de 800 travailleurs, cumule une dette de plus de 42 millions USD à l’égard de ses fournisseurs. Pour son plan de relance, la compagnie a besoin de 8 milliards de dollars namibiens (528 millions USD).  En raison de la crise sanitaire qui a durement effrité sa trésorerie l’an dernier, Air Namibia a dû réduire les salaires jusqu’à 50% pour certains employés.


Hakim Saidi

Autres articles

Back to top button