Breaking News :

mercredi 21 octobre 2020

Le Cabinet de conseil en transport aérien ECTAR placé en liquidation judiciaire

C’est la fin d’une riche aventure qui aura duré 18 ans. Créé en 2002 par des entités privées européennes et plusieurs anciens cadres d’Air Afrique, le Cabinet ECTAR, recherche et conseil en transport aérien, a été placé en liquidation judiciaire avec cessation d’activité immédiate le 7 septembre dernier. L’information a été rendue publique ce vendredi 18 septembre, par sa présidente et gérante Délia Bergonzi (photo).


« C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris aujourd’hui pour vous annoncer une bien triste  nouvelle  : la COVID- 19 n'aura pas épargné ECTAR. Notre Cabinet a résisté à bien des crises du secteur aérien mais il n’aura pas survécu à celle-ci » informe-t-elle.

Depuis sa création, ECTAR proposait des services de conseil, des audits, des études et formations au profit des compagnies aériennes, aéroports, autorités de l'aviation civile, fournisseurs des services de navigation aérienne et aux institutions internationales.

Très introduit en Afrique francophone, ECTAR comptait une trentaine de clients dans son portefeuille, à l’instar des Autorités nationales de l’aviation civile (ANAC) du Bénin, de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire, du Congo ; des institutions telles que la CAFAC, l’ASECNA, l’AFRAA, l’Union Africaine ou encore des compagnies aériennes comme Ceiba, Air Algérie, Air Burkina, Aigle Azur, STA Mali.

 A titre personnel, Délia Bergonzi, ancienne d’Air Afrique, rassure qu’elle va « rester active dans le secteur du transport aérien dans une configuration différente de celle d’ECTAR

Le Cabinet était membre partenaire de l’Association de transporteurs aériens francophones (ATAF) depuis 2016. Connaissant la riche expérience de terrain de ses membres, il n’est pas exclu des développements futurs plus radieux.« Pour chaque fin, il y a toujours un nouveau départ» lâche Délia Bergonzi, une professionnelle  du Management et du Marketing.



Romuald Ngueyap

Partager
Mot clé :
Précédent

L’ASECNA, en collaboration avec le Nig

Suivant

Afrique australe : Les restrictions sur

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.