Breaking News :

mercredi 21 octobre 2020

Le barreau kenyan s’oppose au projet de nationalisation de Kenya Airways dans sa forme actuelle

C’est un nouvel obstacle au processus de nationalisation de Kenya Airways (KQ), quelques jours seulement après un nouveau report de l’étude du projet de loi y relatif. Dans un communiqué publié cette semaine, le barreau kenyan (Law Society of Kenya - LSK) s’oppose audit projet, et à la fusion de la compagnie aérienne avec la Kenya Airport Authority (KAA).

Ce projet de loi comporte « des problèmes juridiques importants », a déclaré le président du LSK, Nelson Havi. « Le projet de loi devrait être retiré pour permettre les processus préalables nécessaires ». Il soulève 12 questions fondamentales, notamment la violation potentielle du droit de la concurrence, l’absence d’une étude de faisabilité, la mauvaise gouvernance et les pratiques de corruption ainsi que l’inefficacité des entreprises publiques.

Selon le barreau kenyan, l’aboutissement de ce processus entrainera un lourd fardeau financier pour les contribuables.« La nationalisation et la fusion proposées ainsi que le changement de propriété qui en résulte obligeront, en effet, le règlement immédiat de toutes les dettes et engagements existants de KQ et KAA, conduisant à d'énormes paiements sur les fonds publics » écrit Nelson Havi.

Prévu pour durer au moins 21 mois, le processus de nationalisation, enclenché  depuis juillet 2019, permettra à l’Etat kenyan, actionnaire à 48,9%, de racheter les participations du consortium de créanciers Kq Lenders Co 2017 Ltd (38,1%), Air France-KLM (7,8%), et celles d'autres actionnaires minoritaires qui  se partagent le reste.

 

Dans sa nouvelle forme, Kenya Airways deviendra l'une des trois filiales d'une nouvelle société holding appelée Kenya Aviation Corporation ( KAC ). Les deux autres étant la Kenya Airports Authority (KAA) qui s’occupera de la gestion des aéroports et Aviation Investment Corporation (AIC), dont les fonctions seront d'investir dans des activités directes et auxiliaires liées au secteur de l'aviation au Kenya.

 

Cette dernière décennie,  Kenya Airways  a été confrontée à une période de turbulences qui limite sa capacité à affronter efficacement la concurrence internationale.  Le transporteur s’achemine vers une huitième année consécutive dans le rouge, avec une perte annuelle projetée de 550 millions de dollars en 2020. La compagnie a déjà perdu 14,4 milliards de shillings ( 133 millions de dollars) au cours du premier semestre, après avoir enregistré  une baisse de  54%  du trafic passager qui s’est établi à 1,1 million de voyageurs de janvier à juin. Son plan de licenciement prévoit le retranchement de 40% de ses 3734 salariés.  

 

 

Partager
Mot clé :
Précédent

Air Zimbabwe relance ses opérations com

Suivant

Air Namibia reprend ses activités comme

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.