Breaking News :

mardi 20 octobre 2020

FlyWestAf : La première compagnie low-cost d'Afrique de l'Ouest prend forme

En tant de crise, si certains sont tentés d'abdiquer, d'autres y voient plutôt une opportunité. C'est le cas de Richard Powell, le co-fondateur et directeur général du transporteur en gestation FlyWestAf. Son équipe finalise actuellement les procédures pour le lancement de la première compagnie low-cost d'Afrique de l'Ouest.

 

L'aéroport international Banjul en Gambie servira de base opérationnelle pour le nouveau venu dans le ciel ouest-africain. « Nous prévoyons démarrer nos activités en mai 2021 mais cela pourrait changer avec la situation actuelle. »

 

Le transporteur peaufine, en effet, son plan d'affaires depuis plusieurs années. Autour du projet se mêle une diversité de profils qui cumulent une riche expérience dans le secteur des transports aériens. On retrouve le Franco-algérien Chakib Mohamed Ziani Cherif, pilote de ligne ; le Sénégalais Ousmane Niang, spécialiste des opérations aéroportuaires, et l'américain Hamish Davidson, expert en restructuration et gestion des compagnies.

 

La pandémie de la covid-19 a entrainé une baisse de la valeur marchande des avions. Ceci a donné à FlyWestAf l'occasion d'optimiser ses coûts, notamment dans la constitution de sa flotte initiale. « La mise à jour de notre plan d'affaires consistant à augmenter le nombre d'avions et de routes a été le principal changement pour notre compagnie aérienne », affirme Richard Powell.

 

FlyWestAf prévoit d'exploiter une flotte homogène de cinq Dash8-400.« Nous envisageons également l'introduction d'un avion Combi pour soutenir les opérations de fret. »

 

Après une étude approfondie du marché, les promoteurs ont opté pour un développement du réseau en configuration « Hub and spoke », centré sur la plateforme de Banjul. De là, FlyWestAf desservira dans un premier temps neuf destinations majeures d'Afrique de l'Ouest, situées au maximum à deux heures de vol. Il s'agit de Dakar, Bissau, Conakry, Freetown, Abidjan, Monrovia, Praia et Bamako.

 

Le directeur général sait bien que la relance du trafic post Covid-19 sera lente en Afrique de l'Ouest mais il croit au potentiel de la région qui compte plus de 390 millions d'habitants. « Nous avons réduit nos estimations initiales du facteur de charge mais notre stratégie marketing basée sur les besoins des clients ouest-africains nous permettra de développer le marché. Nous ne sommes pas dépendants des passagers internationaux

 

Afin de se distinguer des compagnies classiques, l'équipe mise sur une l'utilisation accrue des nouvelles solutions technologiques et numériques pour une meilleure expérience client. « Nous entrons avec une stratégie innovante et flexible. Nous pouvons nous adapter aux besoins du marché tout en gérant les risques avec l'exploitation de la technologie. »

 

Pour Richard Powell, l'Afrique de l'Ouest est déjà bien intégrée en matière de circulation des biens et des personnes. L'environnement du transport aérien va davantage s'améliorer avec la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) et le Marché Unique du Transport Aérien ( MUTAA) , en cours d'opérationnalisation, estime-t-il. « Mais les gouvernements africains doivent maintenant réduire les impôts pour encourager les compagnies aériennes.»

Partager
Mot clé :
Précédent

Seychelles International Airways projett

Suivant

Uganda Airlines : Déjà 1 an, 75 000 pa

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.