Breaking News :

vendredi 27 novembre 2020

Le Kenya veut vendre aux enchères une centaine d'avions abandonnés dans ses aéroports

Kenya Airports Authority (KAA) veut débarrasser les aéroports internationaux Jomo Kenyatta de Nairobi et Mombasa, ainsi que ceux de  Wilson et Lokichoggio des épaves d’avions qui les encombrent. Pour ce faire, le gestionnaire des plateformes aéroportuaires kenyanes a publié une annonce dans le journal officiel du vendredi 14 août 2020, appelant les propriétaires de ses aéronefs à venir les récupérer au plus tard dans 30 jours, à compter de la date de publication de ladite annonce. 

Néanmoins, les appareils ne seront rétrocédés qu’après payement de tous les frais impayés, et de tous les frais accessoires, y compris ceux de publication de cette annonce. Passé ce délai, la KAA les mettra aux enchères pour éponger en partie ou la totalité desdits frais. Au cas où ceux-ci sont vendus en dessous de leur valeur, la responsabilité incombera aux propriétaires. 

Selon Alex Gitari, le directeur général de Kenya Airports Authority, auteur de cette annonce, ces aéronefs sont stationnés dans la zone de mouvement de l'aéroport, en violation absolue des normes de sécurité de l'Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci). 

Les 102 avions dont il est question appartiennent entre autres à Somali Airforce, Jetlink, Fayaka, Aerospace, EASA, Askari, Skyward, Astral, Jubba Airways, Ocean Wonders, Bogol, United, Moi University, KPAW, Wilken, Skylink, Care AV, Photomap, Lapwing, FTC, VAS, Club 99/West Rift, BAS, Queens Cross, Ransley, Avial, Rivercross, Kasas, Oldonyo, Executive Turbin, Kasas, Skyward, DLCO, 540.

Mais aussi à Capital, Transworld, Airkenya, Oldonyo, Reliance, Avmax, Kaluka, Sicham, Silverstone, Esax, Standard, Riverclose, Management, Regional Air Serv, Kundan Singh, Rudufu, Air Pannonia, Planes For Africa, Morris Caters, Sh Noor, Adelante Airlines, Eagle Aviation, Prestige Aviation, Flight Path, Kate Flight, Transafrik, Skyways et Air Services. Une grande majorité d'entre elles sont en cessation d'activités, certaines depuis des dizaines d'années.


Le Prince Fogue

Partager
Mot clé :
Précédent

La 52e AGA de l'AFRAA se tiendra en vis

Suivant

L’ASECNA, en collaboration avec le Nig

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.