Breaking News :

jeudi 04 juin 2020

Covid-19 : « Seules survivront les compagnies africaines qui auront repensé leur réseau de destinations » Predictive Mobility

Predictive Mobility poursuit son étude transversale de la situation actuelle de Covid-19 et celle qui a prévalue lors de la dernière pandémie du virus H1N1, de janvier 2009 à août 2010. Dans un article précèdent, il a conclu que : « sans politique de soutien des compagnies aériennes Africaines, il est à craindre que beaucoup d’entre elles disparaissent. » 

Le fournisseur de données et outils de développement commercial pour les compagnies aériennes, s’intéresse maintenant aux stratégies de sortie de crise des compagnies aériennes. Une attention a été portée sur l’évolution du réseau des transporteurs durant les 20 mois précédents la crise de H1N1 (mai 2007 à décembre 2008), pendant la crise, et au cours des 20 mois suivants (septembre 2010 à avril 2012).


«  D’un point de vue global monde, avant la crise de H1N1, il y avait 707 000 routes, et dans les 20 mois qui ont suivi la crise,  le nombre de routes commerciales opérées a fait un bond de 4.2% ou 30 000 routes supplémentaires. Donc,  à la suite de la crise du H1N1, les compagnies aériennes ont modifié leur réseau, en diversifiant leur offre de destinations » constat l’étude.

C’est un des principaux enseignements de la crise de la grippe aviaire qui peut s’appliquer à la crise actuelle du Coronavirus : « votre portefeuille de routes desservies doit évoluer par rapport à la période avant crise »  commente Christophe Ritter, directeur général de Predictive Mobility. « Ce qui en corollaire implique que les compagnies aériennes ont agi en deux temps consécutifs pendant la période de crise : Réduction de l’offre et restructuration pour préserver la trésorerie à court terme, comme présenté dans notre précédent article ; et révision du réseau afin de préparer au mieux la sortie de crise. »

Se basant sur l’analyse du marché européen, qui a été le plus impacté par la crise de H1N1, l’étude  de Predictive Mobility fait en outre remarquer que  la stratégie des compagnies a été dès la sortie de crise de favoriser la réouverture des axes principaux, opérés avec des modules avions plus importants ;  de fermer des axes de plus faible trafic, en particulier si ceux-ci étaient en compétition avec un autre opérateur ; et d’explorer de nouvelles routes principalement sur le long courrier.

« Contrairement à ce qu’intuitivement nous aurions pu penser, la stratégie de sortie de la crise aviaire s’est traduite par une réelle réflexion sur le réseau de chaque compagnie, plutôt que de simplement remettre en place celui qui existait précédemment. Car l’objectif stratégique que recherchait les compagnies aériennes était double : reprendre pied rapidement sur les marchés clefs en tentant de gagner de parts de marché en investissant en capacité, mais en même temps trouver des marchés secondaires moins exposés à la concurrence, leur permettant de reconstituer leurs marges. »

Pour Christophe Ritter, le message est clair : « c’est dès maintenant que les compagnies Africaines doivent réfléchir à la réouverture du ciel Africain, en repensant leur réseau de destinations. Lorsque le jour du déconfinement apparaîtra, seules survivront les compagnies qui s’y seront préparées. »

Partager
Mot clé :
Précédent

Air Burkina : « Il n’est pas certain

Suivant

Au Nigeria, les compagnies aériennes de

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.