Breaking News :

mercredi 23 septembre 2020

SA Express réclame des créances à sa maison mère, South African Airways

South African Airways (SAA) n’a pas fini avec ses problèmes financiers. Alors que la compagnie nationale sud-africaine vient de recevoir les 4 milliards de Rand nécessaires à son sauvetage, SA Express lui demande de payer des revenus qui lui sont dus. Dans un communiqué publié le 29 janvier 2020, sa filiale régionale lui reproche de percevoir illégalement ses revenus.

« Au cours des deux derniers mois, SA Express s'est battue pour récupérer les sommes dues par SAA. Le transporteur national n'a pas payé les revenus dus à SA Express en raison de sa mise sous sauvetage commercial. Maintenant que SAA a reçu des fonds, la compagnie aérienne régionale espère que le paiement final de ces revenus sera prioritaire », écrit SA Express.

SA Express, qui est une entreprise à part entière, avec sa propre direction et son conseil d'administration, a déclaré que des discussions ont été ouvertes avec Matuson Associates, le cabinet chargé de la mise en œuvre du plan de sauvetage de sa maison mère, pour « résoudre ce problème […] mais sans progrès imminent ». SA Express n’a pas dévoilée le montant des sommes dues.

« Bien que la compagnie aérienne ait traversé de nombreux défis, notamment un bref arrêt des opérations au début de 2018 ainsi que des efforts de relance après les séquelles préjudiciables de la corruption, SA Express espère clore ce dossier et aller de l'avant pour se concentrer sur le renforcement et la croissance de ses activités. »

SA Express pourrait, elle également, passer par un plan de sauvetage. Son ancien fournisseur Ziegler SA, une société de logistique privée, a introduit une demande auprès de  la Haute Cour de Gauteng, demande au tribunal que SA Express soit placée en sauvetage commercial, car elle est techniquement insolvable et incapable de payer ses dettes. Ziegler SA réclame une dette de 11,3 millions de ZAR (770 000 USD).

De son côté, South African Airways attend toujours l'élaboration et la publication du plan de sauvetage. En attendant, elle prévoit l’annulation de ses vols dont la demande n’est pas importante, pour minimiser ses coûts de production. Par ailleurs, elle n’a toujours pas réagi aux accusations de sa filiale. 

Partager
Précédent

Performance : Africa World Airlines affi

Suivant

Ethiopie : Pays hôte du 5e sommet Aviat

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.