Breaking News :

jeudi 12 décembre 2019

Un bel avenir se projette pour l’Airbus A220 en Afrique

La famille A220 suscite actuellement un engouement auprès des transporteurs africains, et ce depuis la reprise complète du programme par Airbus en juillet 2018. L’ex-CSeries est en passe de devenir le futur avion régional du continent et un vecteur de croissance important pour l’avionneur européen en Afrique, et notamment sur le marché des 100 à 150 sièges, estimé à 7 000 avions d’ici 20 ans. À la fin septembre 2019, le programme A220 affichait un carnet de commandes de 525 appareils. 90 exemplaires ont déjà été livrés à six opérateurs dont deux compagnies africaines.

Cinq A220-300 ont déjà été mis service sur le continent africain. Air Tanzania a été la « compagnie de lancement » sur le continent, avec la réception de son premier appareil en décembre 2018. Elle exploite depuis lors deux modèles déployés sur ses lignes domestiques et régionales. Deux autres sont attendus d’ici 2020 ou début 2021.

Egyptair est le plus gros client de l’A220 en Afrique. Le transporteur national a pris livraison de trois exemplaires depuis le mois de septembre. Son carnet de commandes, conclu en novembre 2017 au cours du salon aéronautique de Dubaï, comprend 12 Airbus A220-300 avec des droits d’achat portant sur 12 appareils supplémentaires. Au fur et à mesure de leur livraison, ces appareils devront progressivement remplacer les onze Embraer ERJ 170 affectés à sa filiale Egyptair Express.

Air Madagascar devrait également finaliser les négociations pour la location de trois A220 avant la fin de cette année 2019. Une fois bouclées, les livraisons interviendraient à partir du premier trimestre 2021. Des discussions similaires, en vue de l’acquisition de cet appareil, ont été initiées par Kenya Airways. Selon le directeur général sortant, Sebastien Mikosz, cet appareil est un « bel atout pour la concurrence sous-régionale ».

Plus récemment, au mois de septembre, une délégation camerounaise conduite par son ministre des transports et le directeur de Camair-Co, la compagnie nationale, a effectué une visite de prospection dans l’usine d’Airbus Canada à Mirabel. Il était question d’en savoir plus sur les capacités techniques et concurrentielles de l’A220 décliné en deux versions A220-100 (100-135 sièges ) et A220-300 ( 130- 160 sièges).

Plutôt ce mois, le patron d’Ethiopian Airlines, Tewolde Gebremariam interrogé par l’agence Bloomberg, a indiqué que la compagnie, client historique de Boeing, était à un stade suffisamment avancé de négociations avec Airbus pour l’acquisition d’une vingtaine d’A220. Les précisions sont attendues d’ici la fin de l’année.

Un contexte africain favorable pour l’A220

Avec cette dynamique, l’A220 va certainement, dans les prochaines années, grappiller des parts importantes de marché notamment dans un contexte africain marqué par la croissance du trafic, le renouvellement des flottes, la libéralisation du ciel et la naissance ou redynamisation des compagnies nationales.

Selon une étude anna.aero, 1140 vols intra-africains sont opérés chaque jour. Sur les 95 compagnies aériennes recensées, six à savoir Ethiopian Airlines, South African Airways, Kenya Airways, Royal Air Maroc, Rwandair, et Egyptair captent 55% de cette demande. L’IATA prévoit une croissance du trafic aérien de l’ordre de 5% par an en Afrique, au cours des vingt prochaines années.

Par ailleurs, avec le lancement en janvier 2018 du Marché Unique du Transport Aérien (MUTAA), on s’attend à l’ouverture de nouvelles liaisons régionales sur le continent, mais également à une forte concurrence sur réseau intra-africain.

Conscients de la compétition qui s’annonce, les transporteurs africains ont entamé un renouvellement de leur flotte avec des nouveaux avions, plus économes en carburant, lesquels contribueront à réduire les coûts d’exploitation.

L’A220, propulsé par les réacteurs à réducteur PW1500G de Pratt & Whitney, offre justement une consommation de carburant par siège réduite de 20% et une autonomie supérieure à celle des avions de taille équivalente, comme l’Embraer E190, exploité par Kenya Airways et Royal Air Maroc.

Avec une portée de 6200 km, l’A220-300 peut connecter plus de 80% des capitales africaines à partir de n’importe quel point du continent.

Le dernier de la famille Airbus arrive enfin en Afrique, à un moment propice, où l’on constate, au cours de ces trois dernières années, la création de nouvelles compagnies nationales. Ceux-ci incluent Air Tanzania (2016), Air Sénégal (2018), Tchadia Airlines (2018 ) et Uganda Airlines (2019). D’autres transporteurs sont annoncés, tels que Ghana Airways, Nigeria Airways, Zambia Airways, Guinea Airlines ou encore Green Airways Africa au Nigeria. À côté de ces derniers , le constructeur européen, surveille certainement les plans de croissance des compagnies régionales à l’instar d’Africa World Airlines (Ghana) et Air Peace (Nigeria), qui restent jusqu’ici des clients Boeing et Embraer.

Partager
Mot clé :
Précédent

Trans Air Congo affrete un nouveau Boein

Suivant

Med-View promet de relancer ses opérat

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.