Breaking News :

jeudi 14 novembre 2019

« L’Afrique est la seule région à constater un déclin…d’accidents par rapport à 2017 », IATA

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié, le jeudi 21 février, ses données sur la sécurité de l’aviation commerciale en 2018. L’an dernier, 4,3 milliards de passagers ont voyagé en toute sécurité sur 46,1 millions de vols à travers le monde. L’Association constate une amélioration constante de la sécurité en Afrique.

Pour la troisième année d’affilée, les compagnies aériennes d’Afrique subsaharienne n’ont eu aucune perte de coque d’avion à réaction et aucun décès consécutif à des vols de jet, constate l’IATA. Le taux global d’accidents sur le continent était de 2,71, « ce qui marque une amélioration importante par rapport au taux moyen de 6,80 pour les cinq années précédentes. L’Afrique est la seule région à constater un déclin du taux global d’accidents par rapport à 2017 ».

Toutefois, souligne l’IATA, la région a subi deux accidents mortels de turbopropulseur, et aucun de ces accidents n’impliquait un vol passagers régulier. Il s’agit des crashs de l’AN2 de la compagnie aérienne Air Kasaï en juillet 2018 et de l’antonov 26 de la compagnie GOMAIR en République Démocratique du Congo.

« Nous continuons de progresser dans la région, en vue d’atteindre un niveau de sécurité de classe mondiale. Mais malgré les améliorations, il reste un écart à combler quant à la sécurité de la flotte de turbopropulseurs du continent. Les normes mondiales, comme le programme d’audit de sécurité opérationnelle de l’IATA (IOSA), font pencher la balance. Si on compte tous les accidents, la performance de sécurité des compagnies aériennes d’Afrique inscrites au registre IOSA est plus de deux fois meilleure que celle des compagnies africaines non inscrites à l’IOSA. » a commenté Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.« Parallèlement, les gouvernements d’Afrique doivent accélérer la mise en œuvre des normes et pratiques recommandées de sécurité (SARPS) de l’OACI. À la fin de 2017, seulement 26 pays d’Afrique avaient atteint un niveau de mise en œuvre des SARPS de 60 %. Les gouvernements devraient aussi incorporer l’IOSA à leurs systèmes de surveillance de la sécurité ».

À l’échelle mondiale, le taux global d’accidents (nombre d’accidents par million de vols) s’est établi  à  1,35, ce qui correspond à un accident pour chaque tranche de 740 000 vols. Ce taux est inférieur au taux moyen de 1,79 sur les cinq années précédentes (2013-2017), mais il représente une augmentation par rapport au taux de 1,11 enregistré en 2017.

Le taux d’accidents majeurs d’avions à réaction en 2018 (qui indique le nombre de pertes de coque d’avion à réaction par million de vols) était de 0,19, soit l’équivalent d’un accident majeur par tranche de 5,4 millions de vols. Il s’agit d’une amélioration par rapport au taux moyen de 0,29 sur cinq ans (2013-2017), mais le taux est moins bon que celui de 2017 qui s’établissait à 0,12.

En 2018, Il y a eu 11 accidents mortels faisant 523 victimes parmi les passagers et les membres d’équipage. Sur la période de cinq ans qui précède (2013-2017), la moyenne était de 8,8 accidents mortels et environ 234 décès par année. En 2017, l’industrie a subi 6 accidents mortels qui ont causé 19 décès, ce qui constituait un creux record.

Partager
Précédent

Ethiopian Airlines ajuste son réseau ta

Suivant

Brussels Airlines : La RDC abroge la mes

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.