Tanzanie : Oman Airports va accompagner le développement de l’aéroport int’l de Kilimandjaro

Belle moisson pour la présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan qui vient de terminer une visite d’État de trois jours dans le Sultanat d’Oman. Au cours de son séjour (du 12 au 14 juin), les deux pays, qui entretiennent de longues et riches relations diplomatiques,  ont signé une demi-douzaine de protocoles d’accords dont l’un couvre le secteur des transports aériens. 


Le lundi 13 juin, Oman Airports a signé un protocole d’accord avec Kilimandjaro Airports Development Company (KADCO), entité 100 % étatique, pour le développement des infrastructures à l’aéroport international du Kilimandjaro. L’engagement a été conclu à Mascate en marge de la visite d’État de la présidente Samia Suluhu Hassan.

En vertu de cet accord, le gestionnaire aéroportuaire omanais supervisera notamment le développement d’un terminal VVIP et le hangar fret de la plateforme. Il est également prévu la construction d’un l’hôtel cinq étoiles, un parc d’affaires, un centre commercial, ainsi que la formation du personnel. Ce partenariat vise à assurer la fourniture de services de haut niveau afin d’augmenter les recettes du gouvernement tanzanien, explique Oman Airports.

L’aéroport international de Kilimandjaro est situé à 35 km de Moshi et à 45 km d’Arusha. Au fil des ans, la plateforme a gagné le label « porte d’entrée du patrimoine faunique de l’Afrique ». Une étiquette qu’on lui colle en raison du rôle exceptionnel de l’aéroport dans le développement du secteur tourisme tanzanien. Avec sa piste de 3600 m, Kilimandjaro est aujourd’hui connecté à l’Europe, à l’Amérique, au Moyen-Orient et à l’Asie principalement en vols charters.  

Pour rappel, la Tanzanie et le Sultanat d’Oman sont connectés en vols directs par Oman Air qui propose plusieurs liaisons hebdomadaires vers Dar Es-Salaam et Zanzibar. Les autres accords signés entre les deux pays couvrent les domaines de l’énergie, du tourisme, des ressources naturelles, de l’enseignement supérieur, de la formation et des musées nationaux. Les deux pays ont également convenu de la mise en place d’un fonds d’investissement commun. 

Tossa Cedric

Autres articles

Back to top button