RDC : National Aviation Services (NAS) démarre ses services d'assistance en escale

Présent dans 50 aéroports en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud, National Aviation Services (NAS) dessert plus de 100 compagnies aériennes, et gère plus de 50 salons d'aéroports. Un portefeuille qui s’agrandit avec l’exploitation de trois aéroports en République Démocratique du Congo (RDC).

NAS, qui s’est vue attribuer le Certificat d’opérateur d’assistance en escale (COEA) en RDC en novembre 2020,  a débuté  ses opérations à l’aéroport international de N'djili à Kinshasa ce lundi 5 avril.

L’entreprise koweitienne, fournisseur de services aéronautiques, affirme qu’elle desservira 76 vols par semaine, au départ de la plateforme de la capitale.Pour le moment, son portefeuille comprend Kenya Airways, DHL, Ethiopian Airlines, Uganda Airlines et FlyCAA. « D'autres grands transporteurs seront ajoutés prochainement », affirme-t-elle. 

Par ailleurs, NAS débutera également ses activités dans les aéroports internationaux de Lubumbashi et de Goma « dans un proche avenir ». Toutes ses installations sont incluses dans sa licence qu’elle exploite en partenariat avec Congo Handling Services (CHS). 

« En pleine pandémie, nous avons réussi à obtenir une nouvelle licence et à lancer des opérations dans un nouvel emplacement. Le développement du transport aérien peut ouvrir l'accès à la RDC, qui à son tour contribuera grandement à l'économie. En apportant nos connaissances et notre expertise aux aéroports de la RDC, nous souhaitons renforcer le secteur de l'aviation, et contribuer à la croissance économique du pays », affirme Hassan El-Houry, le président-directeur général du groupe NAS. 

Dans le cadre de l'engagement de NAS dans le pays, la société – détenteur de la certification ISAGO – investira également dans le développement des infrastructures, des équipements, de la technologie et du capital humain de sa nouvelle base qui compte plus de 300 nouveaux employés. « En les formant davantage, nous améliorerons non seulement nos services, mais nous investirons également dans leur futur développement de carrière», ajoute Hassan El-Houry.

Le Prince Fogue

Autres articles

Back to top button