Breaking News :

dimanche 17 novembre 2019

Gestion du Handling : Le gouvernement en « sapeur-pompier » entre la Namibia Airports Company (NAC) et Air Namibia

Le ministre namibien des entreprises publiques, Leon Jooste, a déclaré que le gouvernement s’apprête à intervenir dans le différend en cours entre Air Namibia et la Namibia Airports Company (NAC) à propos de la gestion des services d’assistance en escale à l’aéroport international de Windhoek.

La semaine dernière, la NAC a informé Air Namibia qu'elle ne renouvellera pas la concession du service d’assistance en escale au transporteur national à l'aéroport international Hosea Kutako de Windhoek, invoquant le non-respect d'un certain nombre de clauses de leur accord.

Dans une lettre datée du 22 mai 2019, et vue par le journal New Era, le nouveau directeur général de la NAC, Bisey Uirab, a notifié Air Namibia de la fin de ses opérations d'assistance en escale à l'aéroport principal du pays.

« Notant que l'accord a expiré le 31 octobre 2018, NAC envoie à Air Namibia (Pty) Ltd un préavis de six mois à compter du 1er juin 2019 jusqu'au 30 novembre 2019, ce qui est suffisamment raisonnable pour annuler et cesser vos activités en tant que gestionnaire d’assistance en escale à  HKIA », a-t-il déclaré.

Selon la lettre, la NAC a cité la violation des articles 4, 4.1, 5 et 10.2 de l’accord. La clause 4.1 traite spécifiquement du paiement d'une commission de rétention qui, selon la NAC, n'a pas été respectée par Air Namibia. « En tant que tel, votre compte reflète constamment les arriérés au fil des ans », a déclaré Uirab, ajoutant que la NAC lancera prochainement un appel d'offres pour trouver un nouveau prestataire.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Windhoek la semaine dernière, le ministre Jooste a déclaré que le gouvernement avait pris note de la dette élevée d’Air Namibia envers la NAC. Il a déclaré que l'État agira dans le meilleur intérêt des deux entités sans accorder de traitement préférentiel à l'une ou à l'autre partie.

Déjà en difficultés financières, Air Namibia connait particulièrement un gros souci de trésorerie cette année. Une partie des comptes de la compagnie est en effet gelée en Europe depuis le début de l’année, en application d’une décision de justice en faveur de la défunte compagnie belge, Challengair qui s’était vue attribuer 25 millions d'euros par les tribunaux de Paris (en 2011) et de Munich (en 2015) au titre d’indemnisation des dettes non acquittées par Air Namibia dans un contrat de location d’appareil en 1998. Les caisses aux abois, le transporteur, a récemment sollicité l’intervention de l’Etat afin de payer ses frais de maintenance pour retourner ses trois Airbus A319, bloqués à Johannesburg et à Larnaca à Chypre.

Partager
Précédent

Nouvel aéroport de Libreville : La comm

Suivant

Zambie : Bientôt un nouveau système d

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.