Breaking News :

vendredi 22 novembre 2019

Ebola éradiquée, l’aéroport international de Conakry renoue avec trafic et veut se moderniser

En fin 2013 débutait la plus dévastatrice épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. La Guinée, pays du patient zéro, avait été fortement affectée par ce fléau qui y a fait plus de 2 500 victimes.


Devenu infréquentable à ce moment-là, l’aéroport de la capitale avait connu une « baisse drastique de son trafic s’établissant à moins de 290 000 passagers par an », se rappelle AbdelKader Yombounaud, directeur général adjoint de SOGEAC, Société de gestion et d' exploitation de l’aéroport de Conakry.


Six ans plus tard, l’épidémie terminée, les activités socio-économiques ont progressivement repris dans cette nation de 11 millions d’habitants. La principale plateforme aéroportuaire connaît un regain de trafic. « Nous avons pratiquement doublé nos opérations. Conakry a enregistré plus de 500 000 passagers au cours de ces deux dernières années ».


Portée par la croissance de son trafic, SOGEAC, entreprise mixte détenue à 49 % par l’Agence francaise de développement (AFD), le groupe ADP et  la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, veut maintenant faire de Conakry une plateforme moderne. 


Le projet d’expansion de l’aéroport est en cours.  « Le financement est pratiquement bouclé. Selon notre calendrier, nous pourrons commencer les travaux en début 2020. Le chantier, dont le coût est évalué à 120 millions d’euros, est prévu pour durer au minimum trois ans », explique AbdelKader Yombounaud. La capacité de la plateforme sera portée à 1,5 million de passagers par an.


Les travaux consisteront en la construction d’une nouvelle aérogare passager et fret ainsi qu’un hall présidentiel. S’en suivra la rénovation de la piste, l’extension du taxiway principal et la réfection de la  clôture aéroportuaire.


La plateforme est en outre engagée dans un processus de certification.« Nous reconnaissons que nous sommes un peu en retard mais des dispositions ont été prises afin que la certification soit bouclée d’ici deux ans » affirme AbdelKader.A terme, SOGEAC envisage également l’entrée de nouveaux actionnaires dans son capital.

Partager
Mot clé :
Précédent

En quête de revenus non-aéronautiques,

Suivant

Le Nigéria veut débloquer 11 milliards

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.