L’Angola et les EAU signent deux accords sur les services aériens

Les autorités angolaises estiment que le tourisme et le transport aérien ont beaucoup à donner au développement économique du pays. C’est ce qui justifie les multiples investissements et les réformes apportés au secteur ces dernières années. Autant d’initiatives qui ont motivé la signature de deux accords sur les services aériens avec les Émirats Arabes Unis.

L’Angola et les Émirats Arabes Unis (EAU) s’ouvrent mutuellement leur espace aérien respectif. Les deux pays ont signé mercredi 21 avril, un accord sur les services aériens. Les documents ont été paraphés à Dubaï, par Abdulla bin Touq Al Marri, le ministre émirati de l'Economie, et président du conseil d'administration de l'Autorité générale de l'aviation civile (GCAA), et Ricardo Viegas D'Abreu, le ministre angolais des Transports.

« L'accord vise à accroître le trafic aérien entre les deux pays, à renforcer les relations bilatérales et à faciliter les déplacements des citoyens des deux pays », justifie la GCAA.
Les deux Etats ont également signé un protocole d'accord sur les services aériens. Celui-ci a été paraphé par Saif Mohamed Al Suwaidi, le directeur général de la GCAA, et Amélia Cristina de Sousa, la directrice générale adjointe de la National Institute of Civil Aviation (INAVIC) d’Angola.

« Avec les cieux nationaux les plus sûrs et les plus ouverts, comme cela a été exprimé dans le mémorandum d'accord avec les Emirats arabes unis, l'Angola attirera certainement plus de compagnies aériennes, plus d'investissements, plus d'emplois directs et indirects, par l'ouverture de représentations à Luanda », espère le ministère angolais des Transport.

Le Prince Fogue

Autres articles

Back to top button