Breaking News :

jeudi 25 avril 2019

Aviation Africa : L’OACI prône une approche coordonnée pour une meilleure connectivité en Afrique

L’Organisation de l’Aviation Civile International (OACI) soutien que l'émergence de l'Afrique, l'un des marchés du transport aérien à forte croissance rapide, est subordonnée à un renforcement de la coopération régionale et des investissements nécessaires à la mise en œuvre du plan stratégique de l’OACI. Elle l’a fait savoir le mercredi 27 février au cours du  sommet Aviation Africa qui a ouvert ses portes à Kigali au Rwanda.

C’est le directeur régional de l'OACI pour l'Afrique orientale et australe, M. Barry Kashambo qui a prononcé cette allocution encourageante devant les ministres et les directeurs généraux de l'aviation présents.

La connectivité aérienne étant un catalyseur crucial pour le développement local et mondial, la réalisation des prévisions de croissance du trafic apportera une contribution importante au développement durable de l'aviation en Afrique, notamment en ce qui concerne la réalisation des objectifs respectifs de l'Union africaine et des Nations Unies. Dans cette optique, l’institution a vivement encouragé la coopération bilatérale et multilatérale en faveur du développement de l’aviation au cours des dernières années.

« Dans le cadre de notre initiative"aucun pays laissé de côté ", par exemple, et en coopération étroite avec les autorités des États concernés, la Commission de l'Union africaine (CAA), la Commission de l'aviation civile africaine (CAFAC), l'IATA et d'autres parties prenantes clés du secteur, l'OACI fournit des programmes d'assistance et des programmes distincts à promouvoir la conformité de l’OACI, pays par pays, avec les normes et pratiques recommandées (SARP) », a expliqué Kashambo.

 

« En plus de nos plans globaux et de notre travail d'assistance, l'OACI entreprend la mise en œuvre d'initiatives régionales et nationales de renforcement des capacités et les poursuit directement avec les gouvernements africains afin de relever les défis connus et émergents en matière de sécurité, de sûreté et d'efficacité des opérations de transport aérien ».

La conformité de l’OACI sous-tend la sécurité, la sûreté et la durabilité de la connectivité aérienne internationale. L’audit de l’OACI fournit des informations stratégiques sur les niveaux de conformité dans chacun de ses 192 États membres, ce qui permet aux États de hiérarchiser les domaines à améliorer.

« Alors qu'aucun accident mortel n'a été enregistré en 2016 ou 2017 ici en Afrique, les audits de l’OACI sur la surveillance gouvernementale continuent de révéler qu’un certain nombre de pays africains sont confrontés à des défis lorsqu’il s’agit de se conformer aux exigences de l’OACI » indique Barry Kashambo. « Afin de remédier à ces lacunes de manière collective et durable, des engagements politiques et gouvernementaux, associés à une approche cohérente et ciblée impliquant toutes les parties prenantes, constituent des conditions préalables essentielles » a-t-il ajouté.

Outre la coopération par le biais d'organismes multilatéraux, l'OACI a encourag également le renforcement des mécanismes de coordination régionaux permettant aux groupes d'États de mettre en commun et de partager leurs ressources pour se préparer à la croissance.

Kashambo, a par ailleurs souligné que le développement des ressources humaines était un sujet de préoccupation particulière, notant que les audits de l’OACI avaient révélé que le manque de personnel suffisamment formé et qualifié était l’un des plus grands défis des autorités de l’aviation civile africaine. Il a par conséquent appelé à un investissement accru dans les organisations de formation de l’aviation sur le continent.

Partager
Précédent

L’AFRAA et l’Union Panafricaine des

Suivant

Centrafrique : Un nouveau ministre en ch

Laisser un commentaire

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.