Breaking News :

mercredi 05 août 2020

L’ex PDG de Comair n’approuve pas le plan de sauvetage de la compagnie aérienne

L’ancien PDG de Comair Erik Venter s’est dit surpris par la décision de la compagnie de se soumettre à un plan de sauvetage. Il l’a fait savoir lors d’une interview accordée au journal The Sunday Times.

 

« C'est une position très regrettable à prendre. Je ne comprends pas vraiment pourquoi ils sont allés aussi loin. Normalement, on se lance dans un sauvetage d'entreprise lorsque le bilan est complètement épuisé et qu'il ne reste plus rien à vendre", a t-il affirmé. « Chez Comair, c'est tout le contraire. »

 

Selon l’ex PDG qui a démissionné de ses fonctions en mai 2019, Comair possède huit avions récemment achetés lorsque le taux de change était de 1 dollar pour 10 rands.Ces avions sont maintenant "très précieux" vu que le taux de change est actuellement fixé à 18 rands par dollars.

 

« Ils n'ont que quelques années et sont donc encore très commercialisables. L'excédent sur ces avions [après dette] est probablement de l'ordre de 3 milliards de rands (162 500 970 dollars). Et c'est environ huit des 24 avions, soit un tiers seulement de la flotte. Ce n'est pas comme s'ils devaient se débarrasser de toute la flotte. Il reste donc un énorme bilan derrière Comair. » a-t-il affirmé.  « Je comprends qu'à très court terme, le cash-flow instantané est un problème. Mais avec le type de valeur de l'avion, vous pourriez probablement obtenir un bon montant de refinancement et ne pas avoir à penser à la liquidation. »

 

Erik Venter soutient également que si Comair reprend ses activités, son succès dépendra de la South African Airways. Selon lui, la disparition de la compagnie aérienne soulagerait beaucoup de pression sur l'offre du marché, ce qui signifie que les transporteurs restants obtiendraient une meilleure charge et un grand coup de pouce pour la rentabilité. 

 

« La SAA n'a pas de bilan. C'est le genre de situation où vous dites : "OK, il n'y a plus rien pour financer l'entreprise, maintenant vous allez au sauvetage de l'entreprise. » a t-il déclaré. « Si la SAA disparaît, il est probable que Comair reviendra assez fortement. Mais si elle continue, elle sera à nouveau en situation d'offre excédentaire et un autre acteur du secteur devra réduire ses capacités pour survivre »

 

Comair a opté pour une mise sous plan de sauvetage . La compagnie privée  sud-africaine a préféré suivre cette voie pour pouvoir sortir de l'impasse. Depuis que les vols ont été suspendus en Afrique du sud, les problèmes financiers du transporteur aérien se sont aggravés. 

 

Les finances de Comair étaient déjà sous pression avant que la pandémie du Covid-19 n'incite les gouvernements à imposer des restrictions de voyage. Selon les chiffres publiés par la compagnie le 26 février, elle a perdu près de 35 millions de dollars entre le 1er juillet et le 31 décembre 2019. Avant cette période, la compagnie affichait pourtant un record historique de 74 ans de profitabilité.

 

Ange B. Nomenyo

 

Partager
Mot clé :
Précédent

Le Ghana optimiste pour la création d

Suivant

Ethiopian Airlines à la rescousse d’

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.