Breaking News :

samedi 08 août 2020

L’IATA interpelle le Nigeria : Agir urgemment ou perdre 900 millions de dollars et 124 000 emplois

L'Association Internationale du Transport Aérien (IATA) demande au gouvernement nigérian de soutenir urgemment   l'aviation face à la crise du Covid-19 qui a désorganisé le secteur.

 

«  Le Nigeria a annoncé des mesures de secours générales pour les secteurs touchés par COVID-19, mais pas spécifiquement pour l'aviation. Étant donné l'importance du transport aérien pour l'économie et la connectivité du Nigeria, le gouvernement ne doit pas laisser l'aviation s'effondrer. L'industrie est confrontée à une crise de liquidités » a déclaré Muhammad Albakri (photo), vice-président régional de l'IATA pour l'Afrique et le Moyen-Orient. «  Sans un secteur de l'aviation viable, le rétablissement éventuel du Nigeria après la crise COVID-19 sera plus long et encore plus douloureux. Des mesures d'aide financière spécifiques au secteur de l'aviation sont nécessaires de toute urgence pour assurer la survie du pays. »

 

Le transport aérien est gravement touché au Nigéria. Selon le ministre de l’aviation Hadi Sirika, les compagnies aériennes locales perdent près de 46 millions de dollars par mois à cause du coronavirus.

 

Avant la crise, l'aviation contribuait à hauteur de 1,7 milliard de dollars au PIB du Nigeria et soutenait 241 000 emplois. L'IATA estime qu’en raison du Covid-19, le Nigeria devrait enregistrer 3,5 millions de passagers en moins en 2020, ce qui correspond à une perte de revenus d’environ 760 millions de dollars. Dans un tel scénario, son PIB cumulé se verra priver de 900 millions de dollars et 124000 personnes pourraient perdre leurs emplois.

 

« Alors que l'industrie aéronautique cherche à redémarrer, il est important que des acteurs régionaux clés comme le Nigeria soient prêts et capables. L'aviation est un pilier stratégique pour le développement social et économique. Soutenir l'aviation maintenant signifie que l'économie nigériane peut reprendre là où elle s'est arrêtée et aller de l'avant », a déclaré M. Albakri.

 

Ange B. Nomenyo

 

Partager
Mot clé :
Précédent

L’ACI et l’IATA demandent une aide f

Suivant

AFRAA : 8,1 milliards de dollars de pert

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.