Breaking News :

samedi 15 août 2020

Sondage IATA : 40 % des voyageurs indiquent qu’ils pourraient attendre six mois ou plus après la crise avant de reprendre les airs

L’Association du transport aérien international (IATA) demande aux gouvernements de travailler avec l’industrie à la mise en œuvre de mesures susceptibles de renforcer la confiance à l’approche de la lente reprise prévue du trafic aérien.

Dans un récent sondage auprès des voyageurs commandé par l’institution, il ressort que :

  • ·       40 % indiquent qu’ils pourraient attendre six mois ou plus avant de recommencer à voyager après l’endiguement de la pandémie de COVID-19  ; 60% s’attendent à recommencer à voyager dans un délai d’un à deux mois.
  • ·             69 % indiquent qu’ils pourraient retarder la reprise des voyages jusqu’à ce que leur situation financière se stabilise.

« La confiance des passagers sera doublement mise à mal après la pandémie, en raison des préoccupations économiques personnelles dans le contexte d’une récession imminente et des inquiétudes concernant la sécurité des voyages. Les gouvernements et l’industrie doivent intervenir de façon rapide et coordonnée par des mesures de renforcement de la confiance », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

La reprise post-pandémie commencera par les voyages intérieurs, suivis par les voyages régionaux puis intercontinentaux, à mesure que les gouvernements lèveront progressivement les restrictions. Mais « Il est peu probable qu’on assiste à un rebond immédiat après la chute catastrophique de la demande du secteur de passagers » constate l’IATA.

« Les gens veulent voyager. Mais ils nous disent qu’ils veulent avoir une idée claire de la situation économique et qu’ils vont attendre au moins quelques mois pour prendre l’avion une fois que le signal de “fin de l’alerte” aura été donné. Si les pays lèvent les restrictions, les mesures de renforcement de la confiance seront critiques pour redémarrer les voyages et stimuler l’économie », précise M. de Juniac.

En plus des mesures de renforcement de la confiance et des mesures de stimulation économique, la lente reprise prévue accentue la nécessité de mesures d’urgence d’aide financière. L’IATA évalue que l’actuelle crise menace 25 millions d’emplois dans l’aviation et les chaînes de valeur connexes, y compris le secteur touristique. Les revenus de passagers devraient être de 314 milliards $ inférieurs à 2019 (-55 %) et les compagnies aériennes vont dépenser environ 61 milliards $ de liquidités durant le deuxième trimestre seulement, alors que la demande plonge de 80 % ou plus.

Afin d’atténuer les répercussions, l’Association suggère  une panoplie de mesures d’accompagnement dont des soutiens financiers directs, la garantie des dettes liées aux actifs des compagnies (avions et pièces), des facilités de crédit pour leur permettre de passer la crise, la suppression des taxes aéroportuaires et taxes sur les billets d’avion pendant plusieurs mois après la crise. 

Partager
Mot clé :
Précédent

Air Burkina : « Il n’est pas certain

Suivant

Vols réguliers : Rendez-vous en Juillet

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.