Breaking News :

mardi 14 juillet 2020

CAPA: «D'ici la fin mai, la plupart des compagnies aériennes dans le monde seront en faillite»

Les conséquences économiques du Coronavirus (Covid-19) pourraient être catastrophiques pour l’aviation civile mondiale. CAPA Centre for aviation, l’un des principaux fournisseurs de renseignements sur le marché de l'aviation et des voyages, averti qu’en l’absence d’une action coordonnée des gouvernements, « d'ici la fin mai, la plupart des compagnies aériennes dans le monde seront en faillite. »

« Alors que l'impact du coronavirus et les multiples réactions des gouvernements contre les voyages se propagent dans notre monde, de nombreuses compagnies aériennes ont probablement déjà été mises en faillite technique ou sont au moins en grande partie en violation des clauses de la dette » souligne CAPA dans un article publié ce lundi 16 mars, ajoutant que « les réserves de liquidités s'épuisent rapidement à mesure que les flottes sont immobilisées, et que les vols opèrent à moitié pleins . »

Selon l’IATA, les pertes des compagnies aériennes à l’échelle mondiale oscilleraient entre 63 et 113 milliards de dollars, une estimation réalisée avant la prise de mesures aussi sévères que celles mises en place par les États-Unis et d'autres gouvernements (dont Israël, le Koweït et l'Espagne). Ces chiffres devraient donc être revus à la hausse.

Dans ce contexte de pandémie, CAPA estime que cette situation catastrophique de l’aviation mondiale est à mettre à l’actif des Etats, qui multiplient les mesures visant à décourager les vols. « Chaque nation adopte la solution qui lui semble la mieux adaptée, bonne ou mauvaise, sans considération de ses voisins ou partenaires commerciaux », dénonce l’organisation. De manière simple, le protectionnisme qui a toujours caractérisé le marché du transport aérien est à l’origine de ses décisions néfastes pour le secteur.  

Elle cite par exemple la décision du président Trump qui a annoncé péremptoirement la fermeture de ses aéroports à la plupart des Européens, sans en informer ses homologues d’Europe et encore moins les consulter. « La crainte est que, lorsque le système de transport aérien en effondrement sera reconstitué, un intérêt national similaire prévaudra

Selon CAPA, le chaos post-coronavirus offrira une opportunité unique de recadrer les fondements d'une industrie aérienne mondiale. Mais y a-t-il une volonté de saisir ce potentiel ? s’interroge l’organisation.

Partager
Mot clé :
Précédent

La Cafac reporte à mai 2020, ses deux

Suivant

Covid-19 : SA Express suspend temporaire

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.