Breaking News :

mercredi 11 décembre 2019

L’AFRAA appelle à un changement de paradigme majeur pour faire face à la croissance en vue du transport aérien en Afrique

« Le succès dans une Afrique intégrée et interconnectée » C’est sous ce thème que s’est ouvert ce lundi 11 novembre 2019, à Maurice, la 51e assemblée générale annuelle de l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA).

Au cours de la cérémonie d'ouverture, le secrétaire général de l’AFRAA, Abdérahmane Berthé, a mis l'accent sur un secteur du transport aérien durable, interconnecté et abordable en Afrique, où les compagnies aériennes deviennent un acteur clé du développement économique de l'Afrique.

Prenant la parole pour son discours de bienvenue, Somas Appavou , président en exercice de l’AFRAA, et directeur général d’Air Mauritius, hôte de l’événement, a souligné que, pour que les compagnies aériennes africaines réussissent dans une Afrique intégrée et interconnectée, un changement de paradigme majeur est nécessaire.

Selon lui, la priorité absolue de l'Afrique c’est son niveau de sureté et de sécurité. Les pays africains devraient investir dans des infrastructures pour se préparer à la croissance, pense-t-il.

Pendant deux jours (du 11 au 12 novembre 2019), près de  300 délégués d'Afrique et du Monde, plancheront sur les mesures nécessaires « pour aider les compagnies aériennes africaines à réaliser des opérations durables, afin d’améliorer la connectivité aérienne en Afrique ».

Ceci est d’autant plus primordial que « les populations de 26 pays africains devraient doubler d'ici 2050, ce qui témoigne du potentiel immense et des opportunités inexploitées sur notre continent », explique le président en exercice de l’AFRAA qui rappelle que « la population africaine représente 12% de la population mondiale, mais seulement 2,5% des passagers ».

Jusqu’ici l’aviation africaine fait face à des coûts élevés, un secteur qui supporte pourtant une activité économique de 55.8 milliards de dollars et 6,8 millions d’emplois sur le continent, souligne l’Association du Transport Aérien international (IATA). Les compagnies aériennes du continent perdent 1,54 $ par passager transporté. Le carburant est de 35% plus élevé que la moyenne mondiale tandis que les taxes et redevances sont deux fois plus élevées qu’ailleurs dans le monde. Une situation qui réduit « la capacité de l’aviation africaine à devenir un catalyseur de développement ».

Partager
Mot clé :
Précédent

Le Président libérien annonce le retou

Suivant

AFRAA 2019 : Les quatre propositions maj

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.