Breaking News :

mardi 19 novembre 2019

Mouvement social – ONDA : les contrôleurs aériens marocains annoncent une perturbation du trafic aérien

Les prochains jours s’annoncent délicats dans le ciel marocain. A compter du 30 octobre 2019 et ce pendant 15 jours, les contrôleurs aériens du Maroc ont annoncé une série de mesures restrictives dans l’exercice de leurs fonctions. Restrictions contenues dans un communiqué rendu public par le Bureau national unifié des contrôleurs aériens le 19 octobre 2019, à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire.

« Tout aiguilleur du ciel n’assurera qu’un seul trafic aérien toutes les 10 minutes par point d’entrée FIR, tous niveaux confondus. Entre deux mouvements d’avions (départ ou arrivée), cette mesure passera de 10 à 30 minutes » indique le communiqué.

A l’origine de ce mouvement d’humeur, les aiguilleurs du ciel marocains tirent la sonnette d’alarme, entre autres, sur le « sous-effectif chronique », et  le « manque de considération » du Management qui tant « à mépriser voir dévaloriser le rôle essentiel que joue le corps des contrôleurs aériens ».

Si le mouvement est maintenu, c’est 16 aéroports internationaux et domestiques qui seront affectés à savoir Casablanca, Marrakech, Agadir, Rabat, Tanger, Tétouan, Essaouira, Ouarzazate, Zagora Tan-Tan, Guelmime, Béni-Mellal, Oujda, Fès, Nador, Al Hoceima et Bouarfa. Ces plateformes enregistrent plus de 2 millions de passagers par mois.

« Ces restrictions continueront pendant quinze jours, et seront suivies par un service minimum fourni exclusivement aux avions d’Etat, avions sanitaires, avions en situation d’urgence et avions militaires nationaux ; et ce jusqu’à l’aboutissement de toutes nos revendications. Aussi, l’ensemble des contrôleurs aériens se désengagera-t-il de tous les projets de la navigation aérienne engagés par l’ONDA (Office national des aéroports, NDLR) », poursuit le communiqué.

Parlant justement des revendications, les contrôleurs aériens du Maroc réclament entre autres « la mise en œuvre du statut particulier des contrôleurs aériens par un régime indemnitaire spécial et un plan de carrière spécifique », leur intégration dans le processus de transformation du modèle économique de l’ONDA, et leur association à tous les projets présents ou futurs de l’ Office national des aéroports. 

Ce chapelet de doléances semble avoir une oreille attentive du côté de la direction de l’ONDA, puisqu’on annonce l’ouverture de négociations afin de désamorcer ce mouvement social qui pourrait affecter plus d’un million de passagers.

 

Partager
Mot clé :
Précédent

Air Tanzania commande un cinquième Dash

Suivant

Le Royaume-Uni lève l’interdiction de

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.