Breaking News :

mercredi 23 octobre 2019

Vers une fusion de South African Airways, sa low-cost Mango et SA Express

La fusion de South African Airways, Mango et SA Express semble imminente. Face à la commission du Parlement en charge des entreprises publiques ce mercredi 11 septembre 2019, le ministère sud-africain des entreprises publiques a annoncé avoir achevé une étude sur la fusion des compagnies aériennes appartenant à l'État. Selon ladite étude, la fusion consoliderait les trois compagnies nationales, en réduisant leurs coûts d’exploitation respectifs.

 « Pour le moment, le plan de consolidation est présenté au pôle économique, et sera soumis la semaine prochaine au cabinet pour décision. Nous pourrons ensuite décider du montant des fonds supplémentaires dont la compagnie aérienne aura besoin, en fonction de la manière dont la consolidation sera effectuée. » Telles sont les explications d'Edwin Besa, haut responsable du ministère des Entreprises publiques, face à la commission des entreprises publiques.

Si la fusion se concrétisait, le gouvernement espère ainsi mettre en place un solide holding qui pourra renouer avec les bonnes performances, à l’inverse de la méforme financière actuelle de South African Airways et de SA Express.

Avec près de 50 avions, South African Airways a pourtant l'une des flottes les plus importantes du continent mais la compagnie croule aujourd'hui sous une énorme dette qui a conduit à une réduction drastique de son réseau. Elle ne doit plus sa survie qu'au renflouement de ses caisses par l'Etat. La compagnie a enregistré une perte record de 5,7 milliards de rands (398 millions de dollars) au cours de l'exercice 2017-2018. Signe plus visible de son instabilité, pas moins de dix directeurs généraux intérimaires et permanents se sont succédé à la tête de la compagnie ces dix dernières années.

SA Express connait, elle aussi, de véritables problèmes de trésorerie. Elle avait été suspendue en mai 2018 lorsque l'Autorité de l'aviation civile a retiré sa licence d’exploitation pendant environ deux mois et immobilisé plusieurs de ses appareils. Elle, qui a connu de graves problèmes de liquidité et d’exploitation, a reçu un renflouement gouvernemental en octobre 2018 de 1,2 milliard de rands.

Seule Mango, la filiale low-cost de South African Airways reste rentable.

Partager
Précédent

Flynas renforce Khartoum, ajoute Alger e

Suivant

Année fiscale 2018/2019 : Ethiopian Air

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.