Breaking News :

dimanche 17 novembre 2019

Tanzanie : Fastjet attend toujours sa licence pour reprendre ses opérations

Fastjet  doit encore attendre pour obtenir sa licence d’exploitation, révoquée l’année dernière. En effet, en raison d’un dépôt de dossier tardif, la Tanzanian Civilian Aviation Authority (TCAA) a renvoyé à une date ultérieure l’étude des demandes de licence de la compagnie régionale.

Fastjet devra donc attendre la prochaine réunion prévue en novembre prochain ; pour espérer obtenir la licence pour les vols nationaux et internationaux. « Ils ont soumis un business plan un jour avant une réunion du conseil. En l'état actuel des choses, nous n'avons pas été en mesure de travailler sur leur demande. Ils devront donc attendre la prochaine réunion sur la délivrance de licences », a expliqué Hamza Johari, le directeur général de la TCAA.

Concrètement, la compagnie low-cost demandait l’autorisation de voler de Dar-Es-Salaam vers Mwanza, Kilimandjaro, Mbeya, Arusha (via Zanzibar) et Tabora (via Kigoma) sur le plan national. Sur le plan international, le transporteur aérien vise Johannesburg, ou Tambo en Afrique du Sud, Lusaka en Zambie, Lubumbashi en République Démocratique du Congo, Kigali au Rwanda, Moroni aux Comores, et Dubaï aux Emirats Arabes Unis. Du côté de la compagnie, on affirme avoir déposé un dossier répondant aux exigences de l’autorité de régulation de l’aviation civile. A en croire Lawrence Masha, la directrice générale de l’entreprise, celui-ci comporterait un plan décrivant la gestion de l’entreprise, et le nom du futur responsable de la structure.

Selon le directeur général de la TCAA, Fastjet a également réglé une dette de 3,028 millions de dollars américains auprès de TCAA, de ses fournisseurs, et d’autres de ses créanciers. Toutefois, la compagnie aérienne doit encore liquider les arriérés de salaires de son personnel. A ce propos, la DG dit être en train de résoudre toutes les questions en suspens ; avant l’audience de novembre.

Fastjet , qui connait des problèmes depuis son lancement en 2012,  a suspendu en décembre 2018 tous ses vols sur le réseau tanzanien. Créée avec l'ambition de devenir la première compagnie aérienne à bas cout desservant l'Afrique subsaharienne, elle a du mal à générer des bénéfices. La compagnie a enregistré une perte de 42,2 millions de dollars en 2018. Présente en Afrique du Sud, en Zambie et au Mozambique, elle subit également les effets de la mauvaise santé de l’économie zimbabwéenne en général, et de sa monnaie en particulier.

Partager
Mot clé :
Précédent

Ethiopian Airlines ouvre Garowe, sa deux

Suivant

Iberia reviendra au Caire après cinq an

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.