Breaking News :

dimanche 08 décembre 2019

Sécurité aérienne : La Tanzanie met en service deux nouveaux radars

La Tanzanie contrôlera bientôt l’intégralité de son espace aérien. Le 16 septembre 2019, le président tanzanien a présidé la cérémonie de mise en service de deux nouveaux radars installés par le pays dans les aéroports internationaux Julius Nyerere de Dar es Salaam, et de Kilimandjaro. « L'espace aérien de la Tanzanie est désormais sécurisé à 100%, grâce à l'acquisition de quatre radars qui renforceront la sécurité de l'espace aérien du pays », a déclaré le Dr John Pombe Joseph Magufuli.

Dans l’ensemble, la Tanzanie a lancé en avril 2018 et pour une durée totale de dix-huit mois, un projet de 67,3 milliards de Shillings, destiné à l’installation de quatre radars secondaires dans quatre de ses aéroports. Actuellement, ceux de Dar-es-Salaam, et de Kilimandjaro ont été complètement installés, et mis en service. Ceux des aéroports de Mwanza et Songwe sont installés respectivement à 90 et 40%.

Financé sous fonds propres par l’autorité de l'aviation civile de Tanzanie (TCAA), leur déploiement est assuré par la société française Thales Air System.

L’installation de ces radars à un double enjeu sécuritaire et financier. En effet, avec le seul radar(primaire) obsolète jusque-là installé par la Tanzanie en 2001 à l’aéroport de Dar-es-Salaam, la TCAA ne fournissait les services de contrôle radar que sur 25% de son espace aérien. Le reste étant fourni depuis le centre de contrôle de Nairobi au Kenya, qui engrangeait les redevances aéronautiques conséquentes.

Selon la TCAA, l’objectif commun de ses nouvelles infrastructures est donc d’« améliorer la gestion du trafic aérien ; de manière à renforcer la sécurité, l'efficacité et la sécurité, et de produire des recettes financières ». 

Rappelons que la Tanzanie, dans le renforcement de ses moyens de surveillance aérienne est également dotée depuis 2014 d’un  ADS-B (Automatic dependent surveillance-broadcast )  acquis auprès du fabricant allemand COMSOFT.

 

Partager
Mot clé :
Précédent

Au Kenya, le transport aérien pourrait

Suivant

En quête de revenus non-aéronautiques,

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.